Le nouveau maître des cérémonies pontificales, Msgr Guido Marini… « pense comme nous » !

On appréciera particulièrement l’interview donnée par Petrus au nouveau maître de cérémonies du pape, Msgr Guido Marini, qui a remplacé il y a peu l’archevêque Mgr Piero Marini. Originaire du diocèse de Gènes, formé à l’école du Cardinal Siri, il a 42 ans.

Jeune, il reflète plutôt bien les idées liturgiques des prêtres diocésains de sa génération. Interrogé sur la « sensibilité « , il répond sur l’objectivité de la liturgie. Un grand bravo, donc… Nous lui souhaitons un grand succès dans l’organisation des cérémonies pontificales ! 

Beaucoup disent que vous avez été nommé parce que liturgiquement, vous êtes plus sobre que Mgr Piero Marini. Mais quel est votre concept liturgique ?

Ce que l’Église veut et enseigne, pas plus, pas moins. Je ne suis pas le genre de personnes qui recherche les nouveautés ou les bizarreries. Cela peut sembler banal, mais la liturgie requiert le  respect pour les les règles établies par l’Eglise, et je ne vois aucune raison de les ignorer.

On dit qu’à Gènes où vous travailliez jusqu’à maintenant, la liturgie était si bien menée, solennelle et élégante, sans accès de fantaisie…

Mais la liturgie est comme cela par sa propre nature. Laissez moi le répéter. Personne ne peut se mettre en dehors des normes liturgiques. La Messe est un don de grâce, pas un show. Donc aucune fabrication, mais le respect absolu des règles liturgiques.

Le Pape Benoît XVI, en plus d’être un très grand théologien, est aussi un liturgiste subtil.  Il donne une grande importance à la liturgie, exécutée correctement.

Collaborer avec le Saint Père sera pour moi une grâce. La popularité de ce pape est évidente pour tous, pour sa prédication de la érité et du courage. En ce qui concerne la liturgie, je partage entièrement la position du Pape : la Messe est un sacrifice.

D’après vous, il y a-t-il eu des abus liturgiques récemment ?

Vous savez, l’Eglise est grande. Mais comme le même Pontife l’a reconnu lui-même dans la lettre expliquant le Motu Proprio Summorum Pontificum, il y a eu des abus et des interprétations abusives. Tout ce que je peux dire, c’est que, à coup sûr, je ne serai l’auteur d’aucune fabrication, et je me limiterai moi-même à l’application scrupuleuse des règles qui existent aujourd’hui.

A ce sujet, que pensez-vous du Motu Proprio qui a levé les restrictions sur la Messe de « rite tridentin ».

Je suis d’accord à 100% avec le Motu Proprio, comme un acte de sens commun, de justice, de liberté et de sens de la prévision.

Laisser un commentaire