Coexister avec YouCoun ? (1/3)

Hein ? Z’avez dit quoi ? Bref, une initiative soutenue par la CEF… Comme habituellement, nous soulignons et commentons.

http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/dossiers/anniversaire-de-vatican-ii/youcoun-vatican-ii-explique-aux-jeunes-14785.html

Après le lancement de sa préparation fin 2011, le projet « YouCoun » s’apprête à enclencher une nouvelle étape de son ambition : faire connaître à la jeunesse le concile Vatican II à l’occasion des 50 ans de son ouverture et susciter un nouveau dialogue entre tous ces jeunes de sensibilités différentes.

[Nous avons déjà abordé dans ces pages la question des sensibilités. ]

A la veille de la clôture du Concile Vatican II, le 7 décembre 1965, Paul VI et les Pères du Concile adressaient leur dernier message aux jeunes garçons et filles du monde entier. « C’est vous qui allez recueillir le flambeau des mains de vos aînés et vivre dans le monde au moment des plus gigantesques transformations de son histoire, écrivaient-ils (…). C’est pour vous (…), qu’elle (L’Eglise) vient, par son Concile, d’allumer une lumière: lumière qui éclaire l’avenir, votre avenir. » [Amen !]

Presque 50 ans plus tard, Samuel Grzybowski a décidé de faire sienne cette adresse et de la partager. [Bravo !] « C’est une évidence. Après les Écritures  il [le texte de Vatican II] est un texte central, assure le jeune homme âgé de 20 ans. [Oui.] Tout ce qu’on vit aujourd’hui comme Eglise vient de ce texte. [« Tout » ? c’est un peu exagéré tout de même. Mais bon, la fougue de la jeunesse…] Je pense à la liturgie, par exemple [Oh oh : beau sujet..]: la messe en français, le prêtre face à l’assemblée, etc. » [Ah… Alors là Samuel, il va falloir relire le Concile. Désolé, mon ami. Ce n’est pas écrit dedans] De retour d’un voyage avec des jeunes de différents mouvements, celui qui est aussi le président de l’association « Coexister » [Coexister… Une association qui promeut l’interreligieux, qui était présente aux JMJ avec le P. Roucou, du Secrétariat des Relations avec l’Islam. Espérons donc que le « YouCoun » fasse une bonne promotion d’une lecture intelligente de Lumen Gentium 16, de Gaudium et Spes 22.5 et bien sûr de Nostra Aetate, à défaut de bien comprendre Sacrosanctum Concilium, la constitution sur la liturgie. Mais pour cela… Peut être faut il qu’il arrête de fréquenter le P. Roucou ?] imagine « YouCoun », abréviation de « Youth Council », un projet autour de l’anniversaire de Vatican II pour le rendre accessible à la jeunesse. « J’ai le sentiment que c’est nécessaire : la majorité ignore son contenu », justifie-t-il. [Ça, c’est sûr…]

Le projet nourrit donc un double objectif : « comprendre, célébrer et promouvoir » [ou un objectif triple ? C’est peut être moi qui ne sait pas compter ???] le Concile et « instaurer un nouveau dialogue entre les jeunes catholiques de toutes sensibilités ». [Encore les sensibilités… !] « Un esprit de chapelle passif existe, on connaît l’Église par la porte par laquelle on est entré », observe Samuel Grzybowski. [On aimerait suggérer à Samuel la chose suivante : contre l’esprit de chapelle passif et les « sensibilités » exclusivistes, il faut s’ouvrir à la grande respiration de la prière de l’Eglise, et à son chant propre, le répertoire du chant grégorien qui a justement valeur internationale, intergénérationnelle et universelle.]

2012-2015 : trois années jubilaires

Premier acte posé, la signature d’un texte commun par une trentaine de membres de différents mouvements (JOC, MEJ, Scouts et Guides de France, etc.), [Oui, donc, on comprend : une « certaine » sensibilité si ce n’est une « sensibilité » certaine] le 11 octobre 2011. Le document fixe les années universitaires 2012 à 2015 comme « trois années jubilaires ». Constitué en association, avec à sa tête un comité de pilotage (Samuel Grzybowski, Inès Azaïs, Frère Arnaud Alibert, a.a.), Youcoun entend uniquement mettre en œuvre trois rendez-vous: le lancement du cinquantenaire, le 11 octobre ; un pèlerinage national en 2014 et un rassemblement de clôture en France, le 8 décembre 2015. Aux diocèses et mouvements de se saisir du projet. L’association se veut une plate-forme pour impulser largement la dynamique avec un site à venir (www. youcoun.fr), une application « Icoun » [Je n’ose pas imaginer comment ça se prononce …] pour smartphone comprenant textes du Concile, commentaires de théologiens et experts, actualités.

Par ailleurs, un collège est en cours de constitution. Formé de jeunes de différents mouvements, il se retrouvera plusieurs fois par an pour échanger, débattre. Prochainement, il contribuera à la réalisation d’un document papier tiré à 20 000 exemplaires dont la sortie est prévue en novembre 2012. Cette publication et son usage constituent un élément clef de la dynamique YouCoun. Il se présente comme un manuel à l’usage des diocèses et mouvements. Pour travailler Vatican II, ceux-ci pourront y piocher des textes et des éclairages, des propositions pour célébrer l’anniversaire, des pistes pour s’approprier les éléments du Concile au quotidien, des thèmes de réflexion et des suggestions autour du dialogue intrareligieux. [Le dialogue intra – religieux ? J’ai bien lu ou… ? Je connaissais le dialogue interreligieux.. Mais bon là… ?]

En 2015, après le rassemblement du 8 décembre, l’association YouCoun cessera d’exister, le défi sera alors que la dynamique impulsée continue au-delà.

Bref, une initiative qui (au départ) semble intelligente et dynamique. Qui n’est pas sans rapport, bien sûr avec notre site web qui cherche à se concentrer sur des questions liturgiques mais qui à l’occasion, aborde en passant les questions interreligieuses, notamment dans le domaine du dialogue islamo chrétien. Une petite observation au passage . Notre  Samuel est le propre fils de :

Auteur-compositeur-interprète, Laurent Grzybowski est un des acteurs de la liturgie en France. Longtemps animateur à l’église Saint-Ignace, à Paris, il fut l’élève de Joseph Gelineau, Didier Rimaud et Jacques Berthier, puis de Jo Akepsimas et de Gaëtan de Courrèges. Il écrit aujourd’hui de nombreux chants pour les célébrations dominicales, les rassemblements de jeunes (Frat, JMJ…) et pour la catéchèse. Reconnu pour ses talents d’animateur, ce père de famille (4 enfants) met depuis vingt ans ses compétences au service des assemblées chrétiennes, en France et à l’étranger. Sollicité par des paroisses ou des aumôneries, il assure aussi des formations liturgiques joignant la théorie à la pratique, notamment auprès de jeunes désireux de s’investir dans ce domaine.

 Bon, blague à part : je vous entends déjà réagir, là dessus … M’enfin, qu’est ce qu’il a dans le crâne aujourd’hui ? Keskinoudi ? Nikomprenrien !!!
D’accord, je vais être plus explicite  : Soyons sérieux : quelle est notre ambition en tant que chrétiens ? De « coexister » ? vraiment ? Juste de vivre côte à côte, sans (trop) nous  disputer ? Je ne crois pas que ce soit ça l’Evangile… Allez, Lc, 12,49-53  (et en VO, c’est plus beau) :
Ignem veni míttere in terram et quid volo? Si iam accénsus esset!  Baptísma autem hábeo baptizári et quómodo coártor, usque dum perficiátur! Putátis quia pacem veni dare in terram? Non, dico vobis, sed separatiónem. Erunt enim ex hoc quinque in domo una divísi: tres in duo, et duo in tres;  dividéntur pater in fílium et fílius in patrem, mater in fíliam et fília in matrem, socrus in nurum suam et nurus in socrum.