Versus ad populum

L'image “https://i1.wp.com/eucharistiemisericor.free.fr/images/missel_romain.jpg?w=640” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

A la suite de notre article « Ad orientem  », nous avons reçu un email d’une personne qui s’étonnait de notre raisonnement consistant à constater que le missel romain actuel (editio typica tertia 2002) prévoit la possibilité de célébrer « dos au peuple »ou « vers l’orient » (ad orientem). Cette personne avance que la citation que nous utilisons ne concerne pas le célébrant à l’autel, mais le célébrant au siège, et que cela invalide notre raisonnement, dans la mesure où l’on considère que c’est à l’autel et non au siège que le prêtre est supposé être « ad orientem ».

Nous avons plusieurs réponses à faire à cette personne :

1/. La citation que nous avons faite est le numéro 124 de la Préface générale du missel romain, 2002. Elle concerne effectivement le célébrant au siège, et non à l’autel.

2/. De façon générale, dans le missel romain, il est indiqué les moments où le célébrant doit se tourner vers le peuple. « versus ad populum », « populum faciens », « ad populum versus ». Cela sous entend bien qu’il y a des arrangements des sanctuaires des églises où il peut ne pas être face au peuple de façon constante. Tout en célébrant avec la forme ordinaire du rite romain. Cela sous entend aussi que de façon générale, ce n'est pas vers le peuple que le prêtre prie mais vers l'autel,  (c'est à dire vers Dieu), même dans le cas où l'autel est arrangé de telle manière qu'il est "face au peuple".

3/. Le célébrant peut très bien ne pas être « face au peuple » y compris lorsqu’il est au siège. On peut très bien imaginer qu’il se tourne pour les prières dites ou chantées au siège vers l’autel. Si ce dernier est plus proche de l’abside que de l’assemblée, c’est alors « dos au peuple » qu’il se tourne. C’est d’ailleurs explicitement ce que signifient les rubriques lorsqu’elles mentionnent que les mots « oremus » doivent être dits « versus ad populum ». Nous connaissons des endroits où la liturgie est célébrée de façon scrupuleuse en conformité et sans état d’âme avec la forme ordinaire du rite romain, et où les collectes et les communions sont chantées « dos au peuple ». Et ce n’est pas un « accident », c’est pensé, et explicitement voulu ainsi.

4/. Nous avons cité dans l’article précédent uniquement le numéro 124 de la PGMR de 2002. Elle concerne, nous l’avons dit, le célébrant au siège. Comme nous l’avons expliqué, y compris au siège, le célébrant peut être « dos au peuple ». Nous aurions pu faire de nombreuses autres citations du Missel romain, qui montrent que les cas où le célébrant peut être « dos au peuple » lorsqu’il est à l’autel est également prévu par le missel. Voici donc un certain nombre de citations des rubriques et de la PGMR  du missel romain de 2002, qui précisent la position du prêtre par rapport aux fidèles à la messe, dans leur ordre d’apparition :

 

(PGMR)

124. His peractis, sacerdos sedem petit. Cantu ad introitum expleto, omnibus stantibus, sacerdos et fideles signant se signo crucis. Sacerdos dicit: In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Populus respondet: Amen.

Deinde, versus ad populum et manus extendens, sacerdos eum salutat, una adhibita e formulis propositis. Potest etiam ipse sacerdos vel alius minister, brevissimis verbis introducere fideles in Missam illius diei.

 

(PGMR)

154. Deinde sacerdos, manibus extensis, clara voce dicit orationem Domine Iesu Christe, qui dixisti; eaque conclusa, extendens et iungens manus, pacem annuntiat, versus ad populum, dicens: Pax Domini sit semper vobiscum. Populus respondet: Et cum spiritu tuo. Postea, pro opportunitate, sacerdos subiungit: Offerte vobis pacem.

Sacerdos pacem potest dare ministris, semper tamen intra presbyterium remanens, ne celebratio turbetur. Item faciat si e rationabili causa aliquibus paucis fidelibus pacem dare velit. Omnes vero, iuxta ea qua a Conferentia Episcoporum statuta sunt, pacem, communionem et caritatem sibi invicem significant. Dum pax datur, dici potest: Pax Domini sit semper tecum, cui respondetur: Amen.

 

(PGMR)

157. Oratione conclusa, sacerdos genuflectit, accipit hostiam in eadem Missa consecratam, eamque aliquantulum elevatam super patenam vel super calicem tenens, versus ad populum, dicit: Ecce Agnus Dei, et una cum populo subdit: Domine, non sum dignus.

 

(PGMR)

165. Deinde, stans ad sedem vel ad altare, sacerdos, versus ad populum, dicit, manibus iunctis: Oremus et, extensis manibus, orationem post Communionem recitat, cui pramitti potest breve spatium silentii, nisi iam pracesserit statim post Communionem. In fine orationis populus acclamat: Amen.

 

(PGMR)

167. Deinde sacerdos, extendens manus, salutat populum, dicens: Dominus vobiscum, cui respondetur a populo: Et cum spiritu tuo. Et sacerdos, manus denuo coniungens, et statim, manum sinistram super pectus ponens et manum dexteram elevans, subdit: Benedicat vos omnipotens Deus et, signum crucis super populum faciens, prosequitur: Pater, et Filius, et Spiritus Sanctus. Omnes respondent: Amen.

Quibusdam diebus et occasionibus, haec benedictio, iuxta rubricas, oratione super populum vel alia formula sollemniore ditatur et exprimitur. Episcopus populo benedicit congruenti formula, ter signum crucis super populum faciens.

 

(PGMR)

181. Postquam sacerdos dixit orationem ad pacem et: Pax Domini sit semper vobiscum, et populus respondit: Et cum spiritu tuo, diaconus, pro opportunitate, invitationem facit ad pacem, dicens, manibus iunctis et versus ad populum: Offerte vobis pacem. Ipse vero pacem a sacerdote recipit, aliisque ministris sibi propioribus potest offerre.

 

(PGMR)

185. Si adhibetur oratio super populum vel formula benedictionis sollemnis diaconus dicit: Inclinate vos ad benedictionem. Data benedictione a sacerdote, diaconus populum dimittit dicens, manibus iunctis, ad populum versus: Ite, missa est.

 

(PGMR)

243. Deinde celebrans principalis accipit hostiam in eadem Missa consecratam, eamque aliquantulum elevatam super patenam vel super calicem tenens, versus ad populum dicit: Ecce Agnus Dei, et prosequitur cum concelebrantibus et populo, dicens: Domine, non sum dignus.

 

(PGMR)

299. Altare exstruatur a pariete seiunctum, ut facile circumiri et in eo celebration versus populum peragi possit, quod expedit ubicumque possibile sit. Altare eum autem occupet locum, ut revera centrum sit ad quod totius congregationis fidelium attentio sponte convertatur.116 De more sit fixum et dedicatum.

114 Cf. S. Congr. Rituum, Instr. Inter OEcumenici, diei 26 septembris 1964, nn. 97-98: A.A.S.

56 (1964) p. 899.

115 Cf. ibidem, n. 91: A.A.S. 56 (1964) p. 898.

 

(Oraisons sur le peuple)

Oratio super populum

Ad dimissionem sacerdos, stans versus ad populum, et super illum manus extendens, dicit hanc orationem:

 

(Messe pontificale – ordination)

Deinde, ad populum conversus, Episcopus prosequitur: Vos autem, filii dilectissimi, pro presby teris vestris orate, ut Dominus super eos bona sua abundanter effundat, quatenus fideles ministri Christi, Summi Sacerdotis, vos ad eum perducant, qui fons est salutis. Populus: Christe, audi nos. Christe, exaudi nos.

 

(Vendredi saint)

Celebratio Passionis Domini

4. Horis postmeridianis huius feria, et quidem circa horam tertiam, nisi ex ratione pastorali tardior hora seligatur, fit celebratio Passionis Domini, constans ex tribus partibus, nempe ex liturgia verbi, adoratione Crucis et sacra Communione.

5. Sacerdos et diaconus, si adest, vestibus coloris rubri sicut ad Missam induti, sub silentio ad altare accedunt et, facta reverential altari, in faciem procumbunt, vel, pro opportunitate, in genua se prosternunt, et in silentio aliquamdiu orant. Omnes alii in genua se prosternunt.

6. Deinde sacerdos cum ministris vadit ad sedem, ubi, versus ad populum stantem, dicit, extensis manibus, unam e sequentibus orationibus, omissa invitatione Oremus.

Oratio

Reminiscere miserationum tuarum, Domine, et famulos tuos aterna protectione sanctifica, pro quibus Christus, Filius tuus, per suum cruorem instituit paschale mysterium. Qui vivit et regnat in sǽcula saculorum.

R. Amen.

 

(Vendredi saint)

Sacerdos, stans ante altare versus ad populum, Crucem accipit, in summitate parum detegit et elevat, incipiens Ecce lignum Crucis, eum adiuvante in cantu diacono vel, si casus fert, schola. Omnes respondent: Venite, adoremus. Cantu expleto, omnes in genua se prosternunt et parvo momento in silentio adorant, sacerdote stante et Crucem elevatam tenente. Ecce lignum Crucis, in quo salus mundi pependit. R. Venite, adoremus.

 

(Oraison sur le peuple)

31. Ad dimissionem diaconus vel, eo deficiente, ipse sacerdos dicere potest invitationem: Inclinate vos ad benedictionem. Deinde sacerdos, stans versus ad populum, et super illum manus extendens, dicit hanc orationem super populum: Super populum tuum, quǽsumus, Domine, qui mortem Filii tui in spe sua resurrectionis recoluit, benedictio copiosa descendat, indulgentia veniat, consolatio tribuatur, fides sancta succrescat, redemptio sempiterna firmetur. Per Christum Dominum nostrum. R. Amen.

 

(Vigile de Pâques)

17. Diaconus, cum venerit ante altare, stans versus populum, elevat cereum et tertio cantat:

Lumen Christi.

Et omnes respondent:

Deo gratias.

 

(Ordo de la Messe)

1. Populo congregato, sacerdos cum ministris ad altare accedit, dum cantus ad introitum peragitur. Cum ad altare pervenerit, facta cum ministris profunda inclinatione, osculo altare veneratur et, pro opportunitate, crucem et altare incensat. Postea cum ministris sedem petit. Cantu ad introitum absoluto, sacerdos et fideles, stantes, signant se signo crucis, dum sacerdos, ad populum conversus, dicit: In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Populus respondet: Amen.

 

(Ordo de la Messe)

29. Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens

et iungens manus, dicit: Orate, fratres: ut meum ac vestrum sacrificium acceptabile fiat apud Deum Patrem omnipotentem. Populus surgit et respondet: Suscipiat Dominus sacrificium de manibus tuis ad laudem et gloriam nominis sui, ad utilitatem quoque nostram totiusque Ecclesia sua sancta.

 

(Ordo de la Messe)

127. Sacerdos, ad populum conversus, extendens et iungens manus, subdit: Pax Domini sit semper vobiscum. Populus respondet: Et cum spiritu tuo.

 

(Ordo de la Messe)

132. Sacerdos genuflectit, accipit hostiam, eamque aliquantulum elevatam super patenam vel super calicem tenens, versus ad populum, clara voce dicit: Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccata mundi.

Beati qui ad cenam Agni vocati sunt.

 

(Ordo de la Messe)

139. Deinde, stans ad altare vel ad sedem, sacerdos, versus ad populum, iunctis manibus, dicit: Oremus. Et omnes una cum sacerdote per aliquod temporis spatium in silentio orant, nisi silentium iam pracesserit. Deinde sacerdos, manibus extensis, dicit orationem post Communionem. Populus in fine acclamat:

Amen.

 

(Ordo de la Messe)

141. Deinde fit dimissio. Sacerdos, versus ad populum, extendens manus, dicit: Dominus vobiscum. Populus respondet: Et cum spiritu tuo. Sacerdos benedicit populum, dicens: Benedicat vos omnipotens Deus, Pater, et Filius, + et Spiritus Sanctus. Populus respondet: Amen.

 

(Ordo de la Messe)

144. Deinde diaconus, vel ipse sacerdos, manibus iunctis, versus ad populum dicit: Ite, missa est. Populus respondet: Deo gratias.

 

(Ordo de la Messe)

4. Sacerdos, cantu absoluto, ad populum conversus dicit: In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti.

 

(Ordo de la Messe – le dimanche, à l’aspersion)

2. Post salutationem, sacerdos, stans ad sedem, ad populum conversus, habens ante se vas cum aqua benedicenda, populum ad orandum invitat his vel similibus verbis: Dominum Deum nostrum, fratres carissimi, suppliciter deprecemur, ut hanc creaturam aqua benedicere dignetur, super nos aspergendam in nostri memoriam baptismi. Ipse autem nos adiuvare dignetur, ut fideles Spiritui, quem accepimus, maneamus. Et post brevem pausam silentii prosequitur, manibus iunctis: Omnipotens sempiterne Deus, …

 

Qu’ajouter à cela ? Tout simplement que l’étude réelle des textes du rite romain, dans sa forme actuelle, ordinaire, montre qu’il est tout à fait légitime et dans l’ordre des choses de célébrer « dos au peuple », que le célébrant soit au siège et/ou à l'autel, puisque le missel lui-même le prévoit explicitement, et de façon à la fois claire et répétée. Rien n'empêche même, en fonction de la configuration des lieux d'être dos au peuple au siège lorsqu'on est "face au peuple" à l'autel et vice versa. Tout dépend de la configuration de chaque église.

Le Saint Père Benoît XVI, en célébrant de cette façon à l’occasion de la fête du baptême du Seigneur n’a donc pas fait passer sa propre « sensibilité » devant les rubriques du missel actuel. Il a simplement appliqué de façon conforme, le missel dont il est le garant en tant que pape. Il est en tant qu’évêque de Rome modèle de la célébration dans son diocèse et en tant que successeur de Pïerre, modèle pour toute l’Eglise de rite romain. Sachons donc revenir sur certains a priori, et acceptons de nous laisser surprendre par la liturgie telle qu’elle a vraiment été restaurée depuis le Concile Vatican II.

 Comme nous l'avions déjà signélé dans ces colonnes, Mgr Guido Marini, le cérémoniaire du pape, "pense comme nous " :

"Je pense qu'il est important avant tout de se concentrer sur l'orientation que la célébration devrait toujours suivre: je parle de la centralité du Seigneur, le Sauveur crucifié et ressuscité d'entre les morts. Cette orientation doit déterminer la disposition intérieure de toute l'assemblée et, par conséquent, les modalités de la célébration extérieure. L'emplacement de la croix sur l'autel au centre de l'assemblée permet de transmettre ce contenu fondamental de théologie liturgique. Mais il peut se trouver des circonstances particulières où, du fait des caractéristiques artistiques du lieu sacré et de sa beauté et de son harmonie particulières, il devient souhaitable de célébrer depuis l'ancien autel. On conserve d'ailleurs ainsi l'orientation exacte de la célébration liturgique. C'est exactement ce qui s'est produit dans la Chapelle Sixtine. Il s'agit d'une pratique autorisée par la réglementation liturgique, en accord avec la réforme conciliaire."

Laisser un commentaire