Ténèbres du samedi saint

Pour la quatrième année consécutive à Versailles et la deuxième année à Saint-Etienne, la schola Saint-Maur chante l’office des Ténèbres du Samedi Saint

A St Etienne, à la cathédrale Saint Charles Borromée, avec comme officiant Mgr Bruno Martin,  le vendredi 6 avril à 21h. tenebres-samedisaint-txt

En Ile de France, à l’église Sainte Jeanne d’Arc à Versailles (78) le samedi 7 avril à 9h00, avec la collaboration du chœur grégorien de Bernadette V. Vous pouvez télécharger le livret bilingue latin-français ici >>>> si vous êtes choriste ou ici >>> si vous êtes simple fidèle.

Nous travaillons particulièrement à rendre possible cet office entièrement grégorien (l’ensemble est chanté en grégorien : psaumes, lectures, répons) dans la forme ordinaire du rite, en suivant en cela les instructions données par la Congrégation pour le culte divin dans Litterae Circulares de Festis Paschalibus Praeparandis et Celebrandis.

Solenniser l’office des lectures auquel on joint l’office des laudes est une habitude ancienne du rite romain. Le problème évidemment, c’est qu’aucune partition officielle n’est parue jusqu’à aujourd’hui que ce soit en langue vernaculaire ou en grégorien. Comment résoudre le problème ?

Nous nous sommes assez naturellement documentés auprès des communautés monastiques qui pratiquent cet office chaque année. Et, bonne surprise, nous nous sommes rendus compte de plusieurs choses :

  • l’usage de la célébration des Ténèbres a toujours dans le rite romain suivi une coutume commune, en ce qui concerne l’ordo, entre les moines et les séculiers (c’est à dire les habitudes des communautés monastiques et celles des paroisses).
  • La communauté Saint Martin, qui a le même souci de bien se conformer à l’esprit du rite romain dans sa forme ordinaire, comme nous, avait préparé en 2010 un livret suivant les indications données par un moine liturgiste.
  • L’abbaye Saint Pierre de Solesmes a fait en 2010 ad interim, un « Nocturnale solesmense » dans lequel on trouve un ordo complet des Ténèbres, avec partitions complètes.

Nous avons donc essayé de synthétiser tout cela pour arriver à une célébration qui soit le plus possible un compromis entre :

  • La « chantabilité » : nous avons privilégié l’utilisation des répons qu’on trouve dans le paroissien romain n°800, dont les mélodies sont connues.
  • L’esprit de la forme ordinaire : utilisation de la néo-vulgate, de l’ordo des répons tel que donné par Solesmes (ainsi le répons Sepulto se retrouve au 1er nocturne, en conformité avec Hartker, le manuscrit de Saint Gall, et non plus au 3ème nocturne), le maintien ad libitum des doxologies, l’utilisation au 2ème et 3ème nocturne des leçons de Liturgia Horarum.
  • Les indications d’ordo qui montrent la convergence historique entre l’ordo romain et l’ordo monastique, avec en particulier, aux laudes, la suite des psaumes 148,149 et 150.
  • Le maintien du « fragor et strepidus » qui a été supprimé par Pie XII, et qui ne doit donc plus se faire dans la forme extraordinaire,mais qu’il nous semble opportun de restaurer dans un contexte séculier et ordinaire.

chadelier

Le Chandelier à 15 branches des Ténèbres : à chaque psaume, on éteint un des cierges.

 

Dom Guéranger, l’Année liturgique :

L’Office des Matines et des Laudes des trois derniers jours de la Semaine sainte diffère en beaucoup de choses de celui des autres jours de l’année. Tout y est triste et sombre, comme à des funérailles; et rien n’est plus propre à nous donner une idée de la tristesse à laquelle l’Église est en proie, en ces jours de deuil. Elle s’interdit, à tous les Offices du Jeudi, du Vendredi et du Samedi, ces cris de joie et d’espérance par lesquels elle commence la louange de Dieu. On n’entend plus retentir : Domine, labia mea aperies : Seigneur, ouvrez mes lèvres pour votre louange ; ni Deus, in adjutorium meum intende : O Dieu, venez à mon aide. Les Offices divins ne conservent plus que ce qui leur est essentiel dans la forme, et ils ont perdu toutes ces aspirations vives que les siècles y avaient ajoutées. Une psalmodie sévère, des lectures lamentables, des chants lugubres : voilà ce qui leur reste. Chacune des Heures Canoniales se termine par le Psaume Miserere, et par une mention de la Mort et de la Croix du Rédempteur.
On donne vulgairement le nom de Ténèbres à l’Office des Matines et des Laudes des trois derniers jours de la Semaine sainte, parce que cet Office se célébrait autrefois la nuit, comme dans les autres jours de l’année. Ce nom lui appartient encore pour une autre raison; c’est qu’on le commence a la lumière du jour, et qu’il ne se termine qu’après le coucher du soleil. Un rite imposant et mystérieux, propre seulement à ces Offices, vient aussi confirmer cette appellation. On place dans le sanctuaire, près de l’autel, un vaste chandelier triangulaire, sur lequel sont disposés quinze cierges. Ces cierges, ainsi que les six de l’autel, sont en cire jaune, comme à l’Office des Défunts. A la fin de chaque Psaume ou Cantique, on éteint successivement un des cierges du grand chandelier ; un seul, celui qui est placé à l’extrémité supérieure du triangle, reste allumé. Pendant le Cantique Benedictus, à Laudes, les six cierges qui brûlaient sur l’autel sont pareillement éteints. Alors le Cérémoniaire prend l’unique cierge qui était demeuré allumé sur le chandelier, et il le tient appuyé sur l’autel durant le chant de l’Antienne qui se répète après le Cantique. Puis il part et va cacher ce cierge, sans l’éteindre, derrière l’autel. Il le maintient ainsi loin de tous les regards pendant la récitation du Miserere et de l’Oraison de conclusion qui suit ce Psaume. Cette Oraison étant achevée, on frappe avec bruit sur les sièges du chœur, jusqu’à ce que le cierge qui avait été caché derrière l’autel reparaisse et annonce par sa lumière toujours conservée que l’Office des Ténèbres est terminé.
Expliquons maintenant le sens de ces diverses cérémonies. Nous sommes dans les jours où la gloire du Fils de Dieu est éclipsée sous les ignominies de sa Passion. Il était « la lumière du monde », puissant en œuvres et en paroles, accueilli naguère par les acclamations de tout un peuple ; maintenant le voilà déchu de toutes ses grandeurs, « l’homme de douleurs, un lépreux », dit Isaïe; « un ver de terre, et non un homme », dit le Roi-Prophète ; « un sujet de scandale pour ses disciples », dit-il lui-même. Chacun s’éloigne de lui : Pierre même nie l’avoir connu. Cet abandon, cette défection presque générale sont figurés par l’extinction successive des cierges sur le chandelier triangulaire, même jusque sur l’autel. Cependant la lumière méconnue de notre Christ n’est pas éteinte, quoiqu’elle ne lance plus ses feux, et que les ombres se soient épaissies autour d’elle. On pose un moment le cierge mystérieux sur l’autel. Il est là comme le Rédempteur sur le Calvaire, où il souffre et meurt. Pour exprimer la sépulture de Jésus, on cache le cierge derrière l’autel ; sa lumière ne parait plus. Alors un bruit confus se fait entendre dans le sanctuaire, que l’absence de ce dernier flambeau a plongé dans l’obscurité. Ce bruit, joint aux ténèbres, exprime les convulsions de la nature, au moment où le Sauveur ayant expiré sur la croix, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres furent ouverts. Mais tout à coup le cierge reparaît sans avoir rien perdu de sa lumière ; le bruit cesse, et chacun rend hommage au vainqueur de la mort.

Le Samedi saint :

La nuit a passé sur le sépulcre où repose le corps de l’Homme-Dieu. Mais si la mort triomphe au fond de cette grotte silencieuse, si elle tient dans ses liens celui qui donne la vie à tous les êtres, son triomphe sera court. Les soldats ont beau veiller à l’entrée du tombeau, ils ne retiendront pas le divin captif, quand il prendra son essor. Les saints Anges adorent, dans un respect profond, le corps inanimé de celui dont le sang va « pacifier le ciel et la terre ». Ce corps séparé de l’âme pour un court intervalle est demeuré uni au Verbe divin ; l’âme qui a cessé un moment de l’animer, n’a point non plus perdu son union avec la personne du Fils de Dieu. La divinité reste unie même au sang épanché sur le Calvaire, et qui doit rentrer dans les veines de l’Homme-Dieu, au moment de sa prochaine résurrection. Nous aussi, approchons de ce tombeau, et vénérons à notre tour la froide dépouille du Fils de Dieu. Nous comprenons maintenant les effets du péché. « C’est par le péché que la mort est entrée dans le monde et qu’elle a passé dans tous les hommes. » Jésus, « qui n’a point connu le péché », a cependant permis à la mort d’étendre jusque sur lui son empire, afin d’en diminuer pour nous les horreurs et de nous rendre, en ressuscitant, cette immortalité que le péché nous avait ravie. Adorons dans toute notre reconnaissance ce dernier anéantissement du Fils de Dieu. Il avait daigné, dans son incarnation, prendre « la forme d’esclave » ; en ce moment, il est descendu plus bas encore. Le voilà sans vie et glacé dans un tombeau ! Si ce spectacle nous révèle l’affreux pouvoir de la mort, il nous montre bien plus encore l’immense et incompréhensible amour de Dieu pour l’homme. Cet amour n’a reculé devant aucun excès ; et nous pouvons dire que si le Fils de Dieu s’est abaissé outre mesure, nous avons été d’autant plus glorifiés par ses abaissements. Qu’elle nous soit donc chère cette tombe sacrée qui doit nous enfanter à la vie ; et après avoir rendu grâces au Fils de Dieu de ce qu’il a daigné mourir pour nous sur la Croix, remercions-le aussi d’avoir accepté pour nous l’humiliation du sépulcre.

Descendons maintenant dans Jérusalem, et visitons humblement la Mère des douleurs. La nuit aussi a passé sur son cœur affligé ; et les scènes lamentables de la journée n’ont cessé d’assiéger sa mémoire. Le fils de sa tendresse a été foulé sous les pieds des hommes, elle a vu couler son sang par torrents ; et maintenant il est dans le tombeau, comme le dernier des mortels ! Que de larmes a versées déjà la fille de David durant ces longues heures ; et son fils ne lui est pas rendu encore ! Près d’elle, Madeleine, toute brisée des secousses qu’elle a ressenties dans les rues de Jérusalem et sur le Calvaire, éclate en sanglots, muette de douleur. Elle aspire au lever du jour suivant pour retourner au tombeau, et revoir les restes de son cher maître. Les autres femmes, moins aimées que Madeleine, mais cependant chères à Jésus, elles qui ont bravé les Juifs et les soldats pour l’assister jusqu’à la fin, entourent avec discrétion l’inconsolable mère, et songent aussi à soulager leur propre douleur, en allant avec Madeleine lorsque le Sabbat sera écoulé, de poser dans le sépulcre le tribut de leur amour et de leurs parfums.

Jean, le fils d’adoption, le bien-aimé de Jésus, pleure sur le Fils et sur la mère. D’autres apôtres, des disciples, Joseph d’Arimathie, Nicodème, visitent tour à tour cette maison de deuil. Pierre, dans l’humilité de son repentir, n’a pas craint de reparaître aux regards de la Mère de miséricorde. On s’entretient à voix basse du supplice de Jésus, de l’ingratitude de Jérusalem. La sainte Église, dans l’Office de cette nuit, nous suggère quelques traits des entretiens de ces hommes qu’une si terrible catastrophe a ébranlés jusqu’au fond de l’âme. « C’est donc ainsi, disent-ils, que meurt le juste, et personne ne s’en émeut ! Il a disparu devant l’iniquité ; semblable à l’agneau, il n’a pas ouvert la bouche ; il a été enlevé au milieu des angoisses ; mais son souvenir est un souvenir de paix. »

Ainsi parlent ces hommes fidèles, pendant que les femmes, en proie à leur douleur, songent aux soins des funérailles. La sainteté, la bonté, la puissance, les douleurs et la mort de Jésus, tout est présent à leur pensée ; mais sa résurrection qu’il a annoncée et qui ne doit pas tarder, ne leur revient pas en souvenir. Marie seule vit dans cette attente certaine. L’Esprit-Saint dit de la femme forte : « Durant la nuit, sa lampe ne s’éteint jamais » ; cette parole s’accomplit aujourd’hui en la Mère de Jésus. Son cœur ne succombe pas, parce qu’elle sait que bientôt la tombe doit rendre son fils à la vie. La foi de la résurrection du Sauveur, cette foi sans laquelle, comme dit l’Apôtre, notre religion serait vaine, est, pour ainsi dire, concentrée dans l’âme de Marie. La Mère de la Sagesse conserve ce dépôt précieux ; et de même qu’elle a tenu dans ses chastes flancs celui que le ciel et la terre ne peuvent contenir, ainsi aujourd’hui, par sa croyance ferme et constante aux paroles de son fils, elle résume en elle-même toute l’Église. Sublime journée du Samedi qui, au milieu de toutes ses tristesses, vient encore ajouter aux grandeurs de Marie ! La sainte Église en garde à jamais le souvenir ; et c’est pour cela que, désirant consacrer à sa grande Reine un jour spécial chaque semaine, elle lui a dédie pour toujours le Samedi

COMMENTS

  • maire

    RDV également en Eure et Loir à Nogent Le Roi : Vendredi et Samedi Saints à 8h30 en l’église saint sulpice.
    Forme Ordinaire grégorienne, livrets de la Communauté Saint Martin.

Laisser un commentaire