Solesmes : bénédiction abbatiale

En provenance de http://www.saintececiledesolesmes.org/

Le 8 septembre 2011, en la fête de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie, Monseigneur Yves Le Saux, évêque du Mans, lui confère la bénédiction abbatiale à Mère Claire de Sazilly, cours de la messe pontificale en l’église abbatiale de Sainte-Cécile.

 

 

 

 

Le Père Abbé de Solesmes, dom Philippe Dupont, et plusieurs pères abbés de notre Congrégation de Solesmes ainsi que les moines de l’Abbaye Saint-Pierre et de nombreux prêtres amis participent à la concélébration.

Dans le chœur de moniales prennent place quelques abbesses, prieures et moniales représentant les communautés plus proches de Sainte-Cécile par les liens fraternels ou leur situation géographique.

 

 

De nombreux parents et amis s’assemblent dans la nef de l’église dont la capacité d’accueil a été doublée ; malgré cela, elle s’est avérée trop petite et une tente munie d’écrans a été ajoutée dans la cour d’entrée.

 

 

Par la bénédiction abbatiale, l’Église entoure de sa sollicitude attentive celle qui devient une Mère pour ses sœurs. Le rite s’insère au cœur de la célébration eucharistique.

Dans son homélie, Monseigneur donne le sens de la vie des moniales et du rôle particulier de l’abbesse au sein du monastère :

 

Votre vocation monastique féminine est d’être le signe de l’union exclusive de l’Église-épouse avec son Seigneur aimé par dessus tout. En cela vous êtes immédiatement placées au cœur du mystère de l’Église et vous participez à sa fécondité missionnaire (…)

Révérende Mère Claire, permettez-moi de dire quelques mots en particulier pour vous. Entraînez vos sœurs à l’amour de Dieu. Si vous voulez qu’elles plongent en Dieu, faites-le la première. On n’allume pas des bougies en leur parlant. Ce n’est pas en disant à la bougie : « Prends feu » qu’elle s’allume. Mais il faut craquer une allumette. Votre rôle est d’être cette allumette.

 

 

A notre Abbesse émérite, Mère Marie-Bernadette de Maigret, revient l’honneur de présenter l’Abbesse élue à notre Évêque.

 

L’Évêque s’enquiert de ses dispositions, puis convie l’assemblée à implorer l’assistance des saints, en une longue litanie, afin que leur nombreuse cohorte protège, soutienne et porte la nouvelle abbesse.

 

Puis il prononce la prière solennelle de bénédiction par laquelle Mère Claire reçoit les grâces nécessaires à l’accomplissement de sa haute mission.

 

 

 

Monseigneur remet alors à notre abbesse les insignes de sa charge :

 

La Règle de saint Benoît selon laquelle l’abbesse s’est engagée à vivre et à conduire la communauté.

 

L’anneau abbatial qui marque le sceau de l’alliance entre le Christ – dont l’abbesse tient la place – et la petite Église qu’est la communauté.

 

 

 

La crosse parce que l’abbesse, à l’image du Christ bon Pasteur, doit prendre soin des sœurs qui lui sont confiées.

 

 

 

Le rite s’achève par l’obédience des sœurs de Sainte-Cécile entre les mains de la nouvelle abbesse : chacune vient s’agenouiller devant elle, place ses mains jointes dans les siennes et reçoit l’accolade. Par ces gestes, la moniale traduit son désir de remettre sa vie dans les mains de celle qui, dans le monastère, représente Dieu pour elle.

 

 

La Messe poursuivit ensuite son cours habituel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la postcommunion, le Père Abbé de Solesmes donne lecture d’une lettre accordant la bénédiction du Saint Père Benoît XVI à la nouvelle abbesse et à sa communauté : Que le Seigneur vous donne la force et la lumière qui vous permettront de donner à vos sœurs un élan renouvelé, en demeurant fidèles à l’idéal contemplatif de la vie bénédictine et en poursuivant l’œuvre entreprise pour une célébration digne et belle de l’office divin. Ainsi la communauté, recherchant sans cesse le visage de Dieu, sera un signe vivant de son amour pour le monde.

 

 

 

 

Puis Mère Claire adresse quelques paroles de remerciements : À l’issue de cette célébration, je sens fortement résonner en moi une parole : « Merci ! » Parole imprimée dans mon cœur par Dieu lui-même, qui l’a scellée par cette Eucharistie, cette célébration d’action de grâces. (…) Ensemble, puissions-nous être toujours disponibles à l’œuvre que le Seigneur désire accomplir en nous et par nous, rejoignant ainsi le premier ‘Ecce’, le premier ‘Me voici’ de Notre-Dame en sa nativiité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au chant du Te Deum d’action de grâces, la procession se forme pour reconduire la nouvelle abbesse à la porte de clôture du monastère, où sa communauté l’accueille dans la joie.

 

 

 

Mise à jour le Vendredi, 11 Novembre 2011 15:16

Laisser un commentaire