Saint Joseph ajouté aux prières eucharistiques II, III et IV

Le pape François devrait en parler demain à l’audience générale : par décret de la congrégation du culte divin, Prot. N. 215/11/L le 1er mai , en la fête de S. Joseph artisan on ajoutera désormais obligatoirement S. Joseph aux côtés de la mention de la Vierge Marie.

Le décret en Anglais est ci dessous. Pas de trace pour l’instant de la version française : Peut être est il encore sous embargo ? Cette décision aurait été prise par Benoît XVI avant sa renonciation, et elle est promulguée par le pape François.

En tout cas voici les versions latines des canons I, II et III et IV qu’il faudra utiliser. Pou rappel, dans le « canon romain » (la prière eucharistique I) l’introduction de la mention de Joseph est présente depuis Jean XXIII. Pour une raison inconnue, le parallèle n’avait pas été fait au moment de la réforme liturgique pour les trois autres…

Canon I :  in primis gloriósae semper Vírginis Maríae, Genetrícis Dei et Dómini nostri Iesu Christi: + sed et beáti Ioseph, eiúsdem Vírginis Sponsi, et beatórum Apostolórum.

Traduction « mot à mot » : « en premier lieu la glorieuse Vierge Marie, toujours Vierge, Mère de Dieu et de notre Seigneur Jésus Christ + et aussi le Bienheureux Joseph, l’époux de cette Vierge, et les bienheureux apôtres. »

(Pas de changement, l’ajout de la mention de Joseph date du pape Jean XXIII)

Canon II : : « ut cum beáta Dei Genetríce Vírgine María, beáto Ioseph, eius Sponso, beátis Apóstolis »

Traduction « mot à mot » : « et avec la bienheureuse Mère de Dieu, la Vierge Marie, le bienheureux Joseph, son époux, avec les bienheureux apôtres »

Canon III: « cum beatissíma Vírgine, Dei Genetríce, María, cum beáto Ioseph, eius Sponso, cum beátis Apóstolis  »

Traduction « mot à mot » : « avec la très bienheureuse Vierge, Mère de Dieu, Marie, avec le bienheureux Joseph, son époux, avec les bienheureux apôtres . »

Canon IV: « cum beáta Vírgine, Dei Genetríce, María, cum beáto Ioseph, eius Sponso, cum Apóstolis »

Traduction « mot à mot » : « avec la bienheureuse Mère de Dieu, la Vierge Marie, avec le bienheureux Joseph, son époux, avec les apôtres  ».

Cf. ici : http://wdtprs.com/blog/2013/06/action-item-st-josephs-name-now-in-eucharistic-prayers-ii-iii-iv/

A suivre…


MISE A JOUR !

 

Voici la dépêche VIS qui donne la version liturgique officielle en Français :

http://visnews-fr.blogspot.fr/2013/06/modifications-liturgiques.html

C’est utilisable immédiatement.

Cité du Vatican, 19 juin 2013 (VIS). La Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrement a émis le 1 mai dernier un décret disposant que dans les prières eucharistiques III et IV du Missel romain, sera désormais mentionné Joseph à la suite de Marie: « Depuis toujours les fidèles manifestent une dévotion constante et ininterrompue envers saint Joseph, l’époux chaste de la Mère de Dieu et patron de l’Eglise entière, au point que Jean XXIII demanda au cours du concile que son nom soit ajouté au Canon romain. Benoît XVI a reçut bien volontiers les nombreuses requêtes écrites que le Pape François vient satisfaire « considérant la plénitude de la communion des saints…qui nous conduisent au Christ et nous unissent à lui… Sur le texte typique latin, la Congrégation préparera les diverses versions des principales langues modernes. Et pour les autres, elle collaborera avec les différentes conférences épiscopales.
Prière eucharistique II: « Avec la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, avec saint Joseph, son époux, les Apôtres ».

Prière eucharistique III: « Auprès de la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, avec saint Joseph, son époux, les Apôtres ».

Prière eucharistique IV: « Auprès de la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, auprès de saint Joseph, son époux, les Apôtres ».

Le texte latin du décret :

DECRETUM
Paternas vices erga Jesum exercens, in oeconomia salutis super Familiam Domini constitutus munus gratiae Sanctus Joseph Nazarenus luculenter adimplevit et, humanae salutis mysteriorum primordiis summopere adhaerens, benignae humilitatis est exemplar, quam christiana fides sublimes ad fines provehit, et documentum communium humanarum simpliciumque virtutum, quae necesse sunt, ut homines boni sint verique Christi sectatores. Per eas vir Justus ille, amantissimam gerens Dei Genetricis curam laetantique studio Jesu Christi sese institutioni devovens, pretiosissimorum Dei Patris thesaurorum custos factus est et tamquam mystici illius corporis, quae est Ecclesia, subsidium assiduo populi Dei cultu per saecula prosecutus est.

In Catholica Ecclesia christifideles jugem erga Sanctum Joseph praebere consueverunt devotionem ac sollemnioribus ritibus assiduoque cultu castissimi Deiparae Sponsi memoriam adhuc utpote caelestis universae Ecclesiae Patroni adeo percoluerunt, ut iam Beatus Ioannes Pp. XXIII tempore Sacrosancti Oecumenici Concilii Vaticani Secundi nomen eius vetustissimo Canoni Romano addi decerneret. Quae honestissima placita pluribus ex locis perscripta Summus Pontifex Benedictus XVI persolvenda suscepit atque benigne approbavit ac Summus Pontifex Franciscus nuperrime confirmavit, prae oculis habentes plenam illam communionem Sanctorum, qui jam nobiscum viatores in mundo ad Christum nos adducunt eique coniungunt.

Exinde, attentis expositis, haec Congregatio de Cultu Divino et Disciplina Sacramentorum, vigore facultatum a Summo Pontifice Francisco tributarum, perlibenter decrevit, ut nomen Sancti Joseph Beatae Mariae Virginis Sponsi Precibus eucharisticis II, III et IV, quae in editione typica tertia Missalis Romani sunt, posthac adiciatur, post nomen Beatae Virginis Mariae additis verbis, uti sequitur: in Prece eucharistica II: « ut cum beáta Dei Genetríce Vírgine María, beáto Joseph, eius Sponso, beátis Apóstolis »; in Prece eucharistica III: « cum beatíssima Vírgine, Dei Genetríce, María, cum beáto Joseph, eius Sponso, cum beátis Apóstolis »; in Prece eucharistica IV: « cum beáta Vírgine, Dei Genetríce, María, cum beáto Joseph, eius Sponso, cum Apóstolis ».
Circa textus lingua latina exaratos, adhibeantur hae formulae, quae nunc typicae declarantur. De translationibus in linguas populares occidentales majoris diffusionis ipsa Congregatio mox providebit; illae vero in aliis linguis apparandae ad normam juris a Conferentia Episcoporum conficiantur, Apostolicae Sedi per hoc Dicasterium recognoscendae.
Contrariis quibuslibet minime obstantibus.

Ex aedibus Congregationis de Cultu Divino et Disciplina Sacramentorum, die 1 mensis Maii anno 2013, sancti Joseph opificis.
Antonius Card. Cañizares Llovera
Praefectus

+ Arturus Roche
Archiepiscopus a Secretis

 

Le texte français du décret :

Placé à la tête de la Famille du Seigneur, saint Joseph de Nazareth a accompli avec générosité la mission reçue de la grâce dans l’économie du salut en tenant lieu de père à Jésus. En adhérant pleinement au mystère salvifique de l’humanité, qui en était à ses débuts, il est devenu un modèle exemplaire de cette généreuse humilité que la foi chrétienne exalte au plus haut point, et un témoin de ces vertus communes, humaines et simples, qui sont nécessaires pour que les hommes deviennent de vertueux et authentiques disciples du Christ. C’est en mettant en œuvre ces mêmes vertus que cet homme juste, qui prit soin de la Mère de Dieu avec amour, et se dédia avec un joyeux dévouement à l’éducation de Jésus Christ, est devenu le gardien des trésors les plus précieux de Dieu le Père, et le soutien du Corps mystique, c’est-à-dire de l’Église, lui que le peuple de Dieu n’a cessé de vénérer tout au long des siècles. 

Dans l’Église catholique, les fidèles ont toujours manifesté d’une manière ininterrompue une grande dévotion envers saint Joseph, honorant solennellement et constamment la mémoire de l’Epoux très chaste de la Mère de Dieu et du Patron céleste de toute l’Église, tant et si bien que, durant le très saint Concile Œcuménique Vatican II, le Bienheureux Jean XXIII prit la décision d’ajouter son nom dans le très vénérable Canon Romain. Ayant présent à l’esprit la communion des saints, qui nous accompagnent dans le cours du temps comme pèlerins en ce monde pour nous conduire au Christ et nous unir à lui, le Souverain Pontife Benoît XVI a bien voulu accueillir et approuver les vœux très pieux, formulés par écrit, en provenance de multiples lieux, une décision qui a été confirmée récemment par le Souverain Pontife François. 

Ainsi, au vu de ce qui précède, cette Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, en vertu des facultés concédées par le Souverain Pontife FRANÇOIS, décrète très volontiers que le nom de Saint Joseph, Epoux de la Vierge Marie, soit désormais ajouté aux Prières eucharistiques II, III et IV de la troisième édition typique du Missel Romain, après le nom de la Bienheureuse Marie toujours Vierge comme suit : dans la Prière eucharistique II : « ut cum beáta Dei Genetríce Vírgine María, beáto Ioseph, eius Sponso, beátis Apóstolis » ; dans la Prière eucharistique III : « cum beatíssima Vírgine, Dei Genetríce, María, cum beáto Ioseph, eius Sponso, cum beátis Apóstolis » ; dans la Prière eucharistique IV : « cum beáta Vírgine, Dei Genetríce, María, cum beáto Ioseph, eius Sponso, cum Apóstolis ». 

Pour les textes rédigés en lange latine, on doit utiliser dès maintenant ceux qui sont mentionnés ci-dessus et font partie dorénavant à l’édition typique. La Congrégation pourvoira dans l’avenir aux traductions dans les langues modernes occidentales les plus répandues; celles qui seront rédigées dans les autres langues devront être préparées, selon les normes du droit, par la Conférence des Évêques, puis approuvées par le Siège Apostolique, c’est-à-dire par ce Dicastère. 

Nonobstant toute chose contraire. 

Du siège de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 1 mai 2013, mémoire de saint Joseph, travailleur.

Laisser un commentaire