Saint Claude de la Colombière – La vaine gloire

"On peut dire que de tous les vices il n’en est aucun qui ait tant arrêté d’âmes dans le chemin de la piété, aucun qui de la plus haute perfection en ait tant replongé dans la tiédeur et même dans le désordre."

"On peut dire que de tous les vices il n’en est aucun qui ait tant arrêté d’âmes dans le chemin de la piété, aucun qui de la plus haute perfection en ait tant replongé dans la tiédeur et même dans le désordre. Les autres vices ne combattent qu’une vertu ; celui-ci les attaque toutes. Et ce qui lui est tout à fait particulier, c’est qu’au lieu de s’affaiblir à mesure qu’elles deviennet plus fortes, il se fortifie en quelque sorte avec elles, les hommes n’étant jamais plus exposés à la vaine gloire que l’orsqu’ils ont le véritable mérite."

Dès octobre 1676, le Père de la Colombière arrive à Londres comme chapelain de la duchesse d’York.

Le RP de la Colombière, sj.

Le RP de la Colombière, sj.

Il nous livre dans cet ouvrage extrait des Oeuvres complètes du Vénérable Père de la Colombière de la Compagnie de Jésus publié par le P.Pierre Charrier en 1901, les fruits d’une retraite effectuée à Londres en 1677. Il y dépeint sa libération progressive du désir de plaire aux hommes et de s’en faire considérer.

"On perd la vie inutilement, car on ne pense qu’à plaire au monde. On est la moitié du jour à se parer et à s’habiller : on fait pour le monde tout ce qu’ont fait les saint pour Dieu." écrit-t-il au chapitre 8. La révélation lui sera donnée par une femme sainte et visionnaire, Soeur Marguerite-Marie, qui acheminera le disciple sur la voie de sa vie nouvelle. Une lumière inattendue le saisira : "Tout d’un coup il s’est fait comme un jour en mon esprit, à la faveur duquel j’ai vu clairement que c’était la résolution du doute qui m’avait troublé les deux ou trois premiers de mes exercices".

Ce bref texte, superbement écrit et emprunt d’une profonde sagesse, introduit le lecteur dans les pas de celui qui, mort à quarante ans, vécu dix-huit mois auprès de Soeur Marguerite-Marie peut être l’une des plus magnifiques expériences de direction spirituelle que l’écriture nous ait donné.

En proie aux persécutions contre les catholiques, il sera arrêté en novembre 1678 et expulsé du royaume d’Angletterre après 5 semaines de cachot. Il meurt des suites de sa captivité à Paray le Monial. SS le Pape Jean-Paul II l’a canonisé en 1991.


NB :

-  Claude de la Colombière, "La Vaine gloire", Editions Arfuyen – 9.91 EUR. En vente à la boutique du monastère de Saint Pierre de Solesmes.

-  Biographie de Saint Claude de la Colombière, sur le site d l’abbaye Saint Benoît du Port Valais.

Laisser un commentaire