Quand ‘Famille chrétienne’ parle des prêtres qu’on aime bien…

Lors de deux récents numéros, le célèbre hebdomadaire Famille chrétienne fait allusion à des prêtres proches : dans son numéro 1388, sur le pélerinage papal à Lourdes, nous avons droit (p.13) à un encart sur l’abbé Genouville titré « La tiare et le Casoar » ; et oui, le curé de Bailly-Noisy fait parler de lui… dans la presse à grand tirage (ou presque !). "FC" fait même remarquer que ce cher abbé Genouville « porte soutane mais raffole des chants charismatiques ». Ce dont nous sommes sûrs, quant à nous c’est qu’il porte mieux la soutane qu’il ne chante. A moins qu’il ne soit plus fort en chant charismatique qu’en chant grégorien ? Hypothèse à valider par les faits… (allons, sans rancune, M. l’abbé : ça n’est pas grave, nous rattrapons, le cas échéant)

Faisons remarquer en passant que, dans ce passage de l’article, l’adverbe d’opposition aurait parfaitement pu se voir remplacer par une conjonction de coordination. Soutane et mouvements charismatiques ne sont pas forcément contradictoires, et deux autres prêtres que nous connaissons bien (l’abbé Boulle et le Père Fresson) qui s’occupèrent dans cette tenue à une récente session du groupe "Ressucito" à Toulon pourraient en témoigner… Nous retiendrons de l’article en tout cas cette belle citation de l’abbé Genouville : « Ce que nous voulons faire passer, c’est d’abord l’amour de l’Eglise ».

L’abbé Genouville

L’abbé Genouville
(en soutane, si, si , sous l’aube !)

Toujours sur la thématique de la soutane (manifestement retenue comme un point clé de la ligne éditoriale de "FC" ces dernières semaines … ;)), un grand article de Philippe Oswald sur l’abbé Montarien en dernière page du numéro 1390 du 4 au 10 septembre (c’est à dire, à l’heure où ces lignes sont écrites, le dernier numéro) : « Impossible de déceler la moindre aigreur chez ce simple prêtre diocésain de Paris qui fut pourtant marginalisé dans les années 70 parcequ’on le jugeait trop "classique" : ne s’ingéniait – il pas à respecter le vrai Concile, dans une obéissance scrupuleuse aux normes liturgiques qui n’ont nullement jeté la chasuble aux orties, ni proscrit le latin ? Pire, il a gardé la soutane – on sait l’étiquette l’"intégrisme" qu’on colle en France à cette tenue (…) ». Merci en tout cas à Philippe Oswald de nous montrer cette belle figure de l’abbé Montarien, qui célèbre tous les dimanches la messe en latin avec l’ordo actuel à la Chapelle polonaise à Paris. C’est d’ailleurs à notre connaissance la seule Messe latine (ordo actuel) de la capitale. Mais ce n’est pas sur cette particularité que Philippe Oswald nous fait méditer : c’est bien sur la disponibilité et l’intériorité de ce prêtre, au rayonnement très fort ; rayonnement dont il trouve justement probablement la source dans la liberté intérieure que lui procure le respect à la lettre des prescriptions liturgiques… Nous connaissons un jeune prêtre (dont nous tairons le nom par discrétion) qui affirme lui devoir sa vocation de prêtre diocésain…

Des excellents crus de "FC", donc ; et bien faisons un appel au rédacteur en chef : continuez à parler des prêtres (diocésains) que nous aimons ; de ceux qui mettent des soutanes, bien sûr, mais aussi de eux qui savent chanter en grégorien. Cela fera peut être des émules ?

Le site web de "Horizon Lourdes", pélerinage à Lourdes organisé au mois d’août 2004 par les abbés Genouville et Grosjean (qui porte également soutane… !)

Laisser un commentaire