N’achetez pas le missel des fidèles en français : les traductions liturgiques revues, c’est imminent !

A plusieurs reprises, nous avons sur nos pages souligné le problèmes des traductions liturgiques officielles en Français pour le rite romain, et de leur pauvreté souvent mensongère.

Réjouissons -nous (Laetare, Ierusalem !) : ce sera bientôt de l’histoire ancienne…. Les évêques en charge de la liturgie francophone nous annoncent, dans l’Homme nouveau, que tout cela est en passe d’être officiellement mis en conformité avec l’original latin !

C’est ici : http://www.hommenouveau.fr/index.php?id_billet=392&suite=1

https://i0.wp.com/www.editions-adsolem.com/admin/misc/image/1291052508__LES%20MOTS%20DE%20LA%20MESSE.jpg?resize=185%2C289

Vous pourrez consulter utilement sur ce sujet ce que nous avons déjà publié ici ou ici  ou encore ici ( » Après les néo-rubricistes, les néo-traditionnalistes « ) ; on consultera ici les éléments développés par le Chanoine  Dangoisse de façon brillante, et qui a fait l’objet d’une publication très intéressante chez Ad Solem.

En voici sa présentation par Mgr Shooyans :

La réforme liturgique du concile Vatican II a offert au peuple de Dieu une meilleure participation à la Divine Liturgie. Toutefois, ainsi que l’ont souligné à maintes reprises Jean-Paul II et Benoît XVI, on ne saurait perdre de vue que les textes liturgiques sont des réalités vivantes, toujours perfectibles. En raison de leur nature, ces textes doivent faire l’objet d’un soin extrême, car ils ont comme but de rendre présent le Mystère de la Foi et d’introduire les fidèles en son cœur. Or, il faut reconnaître que la version française de l’ordinaire de la messe en usage aujourd’hui ne présente pas ce niveau de rigueur. Quarante ans après l’entrée en vigueur du Missel de Paul VI, le temps est venu d’une traduction serrant de beaucoup plus près la lettre et l’esprit de l’original latin qui se trouve dans le Missel romain. Ce livre veut être une contribution à cette révision des livres liturgiques. Grâce à ce travail d’une grande précision, qui propose une traduction revue de l’ordinaire de la messe et des quatre prières eucharistiques, les prêtres et les fidèles découvriront que la Divine liturgie, décapée de quelques scories, est plus merveilleuse encore qu’ils ne le croyaient après les réformes conciliaires. Cette étude mérite de retenir l’attention des plus hautes autorités responsables de la liturgie.

Enfin, on consultera aussi avec profit le blog de l’abbé Pellabeuf ici sur ce sujet.

Ce dernier fait d’ailleurs remarquer avec justesse qu’il est préférable d’éviter d’acheter l’édition actuelle du missel des fidèles puisqu’une nouvelle version viendra très bientôt remplacer l’actuelle et ses déficiences.

 

Laisser un commentaire