Messe chantée en latin

« Là où on a introduit l'usage de la langue du pays dans la célébration de la messe, les Ordinaires des lieux jugeront s'il est opportun de maintenir une ou plusieurs messes célébrées en latin, spécialement la messe chantée, dans certaines églises, de ville surtout, où se trouve un assez grand nombre de fidèles de diverses langues ».

Enchiridion documentorum instaurationis liturgicae, trad. française Documentation Catholique 64, 1967

COMMENTS

  • Et oui, le latin est bien « l’espéranto » de l’église, même si cela déplait à quelques grincheux. En allant dans certains pays dont je ne comprenais pas la langue, j’étais assez à l’aise de pouvoir suivre la messe et chanter les parties latines. certains disent même que le grégorien bien chanté aurait des vertus médicinales, si toutes les harmoniques sont bien rendues, ce que je crois volontiers. Je préfère d’ailleurs certains vieux cantiques bien construits dont certains en latin que les musiques tribales modernes qui sont trop bruyantes, et peu priantes. Un beau cantique avec un orchestre comme nous chantons des fois (surtout pour Noël, Pâques, l’Immaculée Conception) a nettement ma préférence (nous avons un orchestre avec flûte traversière, violoncelle, deux violons, la bombarde et parfois des trompettes, ainsi que notre polyphone de chœur et un grand orgue Mercklin, et des chanteurs solistes du conservatoire. Cela n’a d’ailleurs choqué personne quand un des célébrants polonais venu à un congrès des Pueri Cantores a dit la partie de la prière eucharistique qui le concernait en latin, ce qui était plus facile pour nous que le polonais….

  • maire

    Mieux que l’espéranto, c’est la langue officielle de l’Eglise.
    D’ailleurs, il suffit de voir ce que fait Benoît XVI dans écrits comme Pape : ils ne sont publiés que lorsque la version latine est disponible, voir qu’en latin.

    Pour les vertus médicinales du grégorien, plusieurs personnes de renom s’accordent à dire que les modes grégoriens influent sur l’âme.
    De ce fait, l’utilisation des pièces grégoriennes dans la Liturgie renforce l’action divine de célébration sur les âmes. Il serait intéressant de relever si certains modes sont plus présents que d’autres lors de certains temps liturgiques particuliers (Carême, Pascal, …)

Laisser un commentaire