L’imbroglio de la numérotation des psaumes

Jeffrey Tucker, du site New Liturgical Movement propose un petit tableau synthétique fournissant une équivalence facile entre les deux systèmes de numérotation des psaumes. http://www.newliturgicalmovement.org/2013/07/how-to-keep-psalm-numbers-clear.html

En effet, vous avez probablement remarqué que dans les livres liturgiques, c’est toujours la numérotation grecque, c’est-à-dire celle de l’édition des Septante qui est retenue (avec parfois la numérotation massorétique entre parenthèses, alors que dans certaines bibles, catholiques ou non c’est la numérotation massorétique qui est indiquée.


L’usage catholique a cependant toujours été de donner la numérotation des psaumes avec le système grec et non massorétique.

Le verset Dixit Dominus Domino meo est bien du psaume 109 et non 110. Tout cela a tendance à engendrer énormément de confusions dans les références psalmiques. Certains indiquant la numérotation massorétiques, d’autres celle de la liturgie (c’est-à-dire des Septante). Résumons : la seule bonne façon de numéroter les psaumes est celle de la liturgie ; la liturgie elle-même précédant l’Écriture sainte et la bible elle-même étant avant tout une compilation de textes liturgiques.

Nous reproduisons ci-dessous ce tableau synthétique qui est il est vrai, bien utile :

Massorétique 

Septante (liturgique) 

Massorétique 

Septante (liturgique) 

Massorétique 

Septante (liturgique) 

1-8 

1-8 

52 

51 

102 

101 

*9 

9* 

53 

52 

103 

102 

*10 

9* 

54 

53 

104 

103 

11 

10 

55 

54 

105 

104 

12 

11 

56 

55 

106 

105 

13 

12 

57 

56 

107 

106 

14 

13 

58 

57 

108 

107 

15 

14 

59 

58 

109 

108 

16 

15 

60 

59 

110 

109 

17 

16 

61 

60 

111 

110 

18 

17 

62 

61 

112 

111 

19 

18 

63 

62 

113 

112 

20 

19 

64 

63 

*114 

113* 

21 

20 

65 

64 

*115 

113* 

22 

21 

66 

65 

*116 

114* 

23 

22 

67 

66 

*116 

115* 

24 

23 

68 

67 

117 

116 

25 

24 

69 

68 

118 

117 

26 

25 

70 

69 

119 

118 

27 

26 

71 

70 

120 

119 

28 

27 

72 

71 

121 

120 

29 

28 

73 

72 

122 

121 

30 

29 

74 

73 

123 

122 

31 

30 

75 

74 

124 

123

32 

31 

76 

75 

125 

124 

33 

32 

77 

76 

126 

125 

34 

33 

78 

77 

127 

126 

35 

34 

79 

78 

128 

127 

36 

35 

80 

79 

129 

128 

37 

36 

81 

80 

130 

129 

38 

37 

82 

81 

131 

130 

39 

38 

83 

82 

132 

131 

40 

39 

84 

83 

133 

132 

41 

40 

85 

84 

134 

133 

42 

41 

86 

85 

135 

134 

43 

42 

87 

86 

136 

135 

44 

43 

88 

87 

137 

136 

45 

44 

89 

88 

138 

137 

46 

45 

90 

89 

139 

138 

47 

46 

91 

90 

140 

139 

48 

47 

92 

91 

141 

140 

49 

48 

93 

92 

142 

141 

50 

49 

94 

93 

143 

142 

51 

50 

95 

94 

144 

143 

  

  

96 

95 

145 

144 

  

  

97 

96 

146 

145 

  

  

98 

97 

*147 

146* 

  

  

99 

98 

*147 

147* 

  

  

100 

99 

148-150 

148-150 

  

  

101 

100 

  

  

 

La bible grecque des LXX (Septante) est datée d’environ 270 avant Jésus Christ. Traduction réalisée en Égypte, il est évident que c’est cette version qui a servi de référence à l’époque même du Christ dans le judaïsme palestinien mais aussi et surtout dans celui de la diaspora. Elle était connue du Seigneur et utilisée dans l’enseignement apostolique, à côté d’une tradition orale araméenne qui a été le moteur de la diffusion de l’Évangile, comme les résultats de l’exégèse scientifique récente le montrent (et non pas d’une hypothétique source grecque commune « Q ».)

La bible massorétique (hébraïque) est bien plus récente, puisque son élaboration a commencé au VIIIème siècle après Jésus-Christ et a été finalisée au XVème siècle, dans un contexte exclusivement judaïque. Les manuscrits les plus anciens contenants des fragments du texte massorétique remontent au IXème siècle. Ce texte hébraïque contient des variantes assez importantes par rapport à la bible des Septante mais aussi par rapport à d’autres manuscrits grecs découverts par exemple à Qumran au XXème siècle. Il n’en demeure pas moins que cette version massorétique n’est pas sans intérêt et a servi à l’exégèse biblique. Notons tout de même que S. Jérôme (347-420), le traducteur en latin de la bible a essentiellement travaillé sur l’ancien testament à partir de sources hébraïques, araméennes et grecques dont nous n’avons plus toutes les sources et que sa propre version latine de l’ancien Testament est donc dans beaucoup de cas plus authentique ou proche de l’enseignement apostolique que l’hébreu massorétique.

Favoriser le latin et l’araméen plutôt que le Grec et l’Hébreu.

Ne cédons donc pas à la fascination toute contemporaine face à la réputée « veritas hebraica » qui n’a de sens que par rapport justement à l’humus culturel sémitique dans lequel baigne la vérité révélée de l’Écriture sainte, et n’oublions pas non plus, comme rappelé en commentaire d’un article précédent, http://www.scholasaintmaur.net/apprendre-a-prier/le-latin-aux-sources-linguistiques-du-christianisme/ que le Concile de Trente lui-même n’a donné comme référence standardisée de la bible que la version latine d’une part pour l’Occident et la version araméenne d’autre part pour l’Orient. Le grec n’étant pas la version « canonique de l’écriture sainte, – en dépit de ce que s’imaginent la plupart des gens… – il ne faut pas être fasciné par ce dernier, certes… Mais il faut encore moins être fasciné par le texte hébraïque… Conclusion : vous voulez vous rendre familier avec l’Écriture sainte ? (S. Jérôme disait : ignorer l’Écriture, c’est ignorer le Christ lui-même …) Mettez vous donc au Latin et à l’Araméen… Et comme votre temps est limité, vous avez une raison objective de vous concentrer un peu moins sur le Grec et l’Hébreu…

Lisez aussi :