Le pape cite Saint Cyprien de Carthage sur l’unité et la liturgie

A la dernière audience générale, le pape a cité Saint Cyprien de Carthage :

L'image “https://i0.wp.com/seigneurjesus.free.fr/pontificatbenoit16_fichiers/image034.jpg?resize=292%2C221” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

"L'Eglise fut son thème d'étude préféré, ou la distinction entre l'Eglise visible hiérarchique et l'invisible mystique, tout en affirmant avec force l'unité de l'Eglise, fondée sur Pierre. Il ne cessa de répéter que l'abandon de la chaire de Pierre, sur qui est fondé l'Eglise, signifiait être sorti de l'Eglise".

"Le caractère fondamental de l'Eglise est l'unité que symbolise la tunique du Christ, qui est sans couture. Cette unité se manifeste en Pierre et sa réalisation parfaite réside dans l'Eucharistie".

S. Cyprien n'a pas eu peur de répéter que "celui qui abandonne la chaire de Pierre, sur qui l'Eglise a été fondée, celui qui recueille hors de l'Église, dissipe l'Église du Christ."  (S. Cyprien, de l'Unité de l'Eglise, 4).  Cyprien savait bien et l'exprima en mots très forts, que "hors de l'Église, le naufrage est certain" (S. Cyprien, de l'Unité de l'Eglise, 4) et que "Non, on ne peut avoir Dieu pour père si on n'a pas l'Église pour mère.".  Le caractère fondamental de l'Eglise est l'unité que symbolise la tunique du Christ, qui est sans couture. Cette unité se manifeste en Pierre et sa réalisation parfaite réside dans l'Eucharistie.  "Il n'y a qu'un seul Dieu, qu'un seul Christ", admoneste Cyprien, "son Eglise est unique, il n'y a qu'une seule Foi, un seul peuple chrétien, unifié et stable dans le ciment de la concorde : et on ne peut pas diviser ce qui est unifié dans sa nature."

On n'oubliera pas non plus – a-t-il ajouté- le traité de Cyprien sur la prière qui confirme qu'avec le Pater le chrétien dispose du modèle de prière… Afin que le fidèle ne prie pas que pour lui, la prière est aussi publique et communautaire… Le chrétien ne dit pas mon mais notre Père, mais s'il est seul au fond d'un cachot. En tout lieu et circonstance, il est membre du corps tout entier" de l'Eglise.

Quand nous nous réunissons pour offrir avec le prêtre le divin sacrifice, prions avec recueillement. Gardons-nous bien de jeter à tous les vents des paroles sans suite et de formuler tumultueusement une demande dont la modestie doit faire tout le prix. Dieu n'écoute pas la voix, mais le coeur (non vocis sed cordis auditor est). Il n'est pas nécessaire de l'avertir par des cris, puisqu il connaît les pensées des hommes. . (S. Cyprien,  de l'oraison dominicale, 2). Ces mots importants restent valables encore aujourd'hui et doivent nous aider à bien célébrer la Sainte Liturgie."

Commentaire : Ces mots du Saint Père sont très forts. En citant Saint Cyprien, le fameux auteur de la formule restée célèbre "Hors de l'Eglise point de Salut", en insistant fortement sur l'unité de l'Eglise, et en ajoutant un commentaire sur la dignité des célébrations liturgiques,  il propose d'ores et déjà une lecture et une interprétation à donner au futur motu proprio sur la messe célébrée avec les livres de la liturgie romaine de 1962, qui d'après le cardinal Bertone, serait imminent. A tous ceux qui cherchent à faire un distingo entre ce que pensait le Cardinal Ratzinger et ce que pense aujourd'hui Benoît XVI, on voit clairement lors de l'audience générale du 6 juin poindre sous le Pontife romain l'ancien Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi et l'auteur de la déclaration Dominus Iesus, sur l'unicité et l'universalité salvifique du Christ et de l'Eglise.

{mos_fb_discuss:2}

Laisser un commentaire