Le Pape Benoît XVI aux moines cisterciens de Heiligenkreuz

Votre principal service en ce monde doit donc être la prière et la célébration de l’office divin. La disposition intérieure de chaque prêtre et de toute personne consacrée est que « rien ne doit passer avant l’ Office divin« .

La beauté du geste intérieur s’exprimera alors dans la beauté de la liturgie de telle sorte que chaque fois que nous joignons Dieu en chantant, en priant, en louant et rendant un culte à Dieu, un coin du ciel sera présent sur la terre.

En vérité il ne serait pas présomptueux de dire que, dans une liturgie complètement centrée sur Dieu, nous pouvons voir, dans ses rituels et chant, une image de l’éternité. Autrement comment nos ancêtres ont pu bâtir, des centaines d’années déjà, un édifice sacré dotée d’une telle solennité ? Ici l’architecture elle-même attire tous nos sens vers « ce que l’oeil ne peut voir, ni l’oreille ne peut entendre, ni le coeur de l’homme ne peut imaginer : ce que Dieu a préparé pour ceux qu’ Il aime » (I Cor 2,9). Dans tous nos efforts envers la liturgie, le facteur déterminant doit être toujours notre regard vers Dieu. Nous nous mettons devant Dieu – Il nous parle et nous Lui parlons.

Quand, au cours de réflexions sur la liturgie, on se demande comment la faire plus intéressante, plus belle et attirante, alors  la partie est déjà perdue !

Je vous demande donc que la liturgie se fasse en ayant le regard vers Dieu dans la communion des saints, de l’Église vivante de tous les lieux et de tous les temps, afin qu’elle soit l’expression de la beauté et de la sublimité du Dieu ami des hommes.

Extrait de l’allocution du Saint Père, le pape Benoît XVI, lors de sa visite à l’abbaye cistercienne de Heiligenkreuz, le 9 septembre 2007.

La traduction française est là. Vous pouvez lire le texte intégral de l’allocution ici >>

Laisser un commentaire