La vie spirituelle et l’oraison, par Madame Cécile Bruyère, 1ère abbesse de Solesmes

LA VIE SPIRITUELLE ET L’ORAISON d’après la Sainte Ecriture et la tradition monastique. Dans cet ouvrage remarquable, la première abbesse de Sainte-Cécile de Solesmes a recueilli toutes les richesses de la tradition et de sa propre expérience à l’école de Dom Guéranger. 12×17,5, XVIII+430 p.

Voici un "classique". Et dès les premières lignes on comprend pourquoi. C’est un résumé de spiritualité chrétienne, et la meilleure. A aucun moment on ne tombe dans le "kitch" sulpicio-affectif "façon XIX°". Et en plus d’être un classique, c’est une valeur sûre. Ce livre a alimenté l’initiation chrétienne d’Ernest Psichari, le fils de Renan au moment de sa conversion. Ce célèbre méhariste des troupes coloniales avant la première guerre mondiale raconte ainsi son parcours spirituel auprès notamment des "hommes bleus", ces nomades maures au Sahara dans plusieurs romans comme "le voyage du Centurion".

Madame Cécile Bruyère

Madame Cécile Bruyère
première abbesse de Sainte Cécile de Solesmes.

Je ne cache donc pas mon enthousiasme pour la valeur exceptionnelle de "La vie spirituelle et l’oraison". C’est toute la pensée de dom Guéranger, mais résumée et reformulée dans un langage moins "fleuri" et sans doute plus intériorisé. Et puis, il faut le dire : la plume de Mère Cécile est bonne, brillante même : les phrases sont courtes, le texte est équilibré, pédagogique. La spiritualité est toute emprunte de sagesse antique. Pas d’invention, aucune "mise en avant". Rien qu’un compte rendu de notre foi et des dons spirituels reçus dans la vie monastique, bien sûr, mais aussi et pourquoi pas dans la vie laïque.

C’est un livre sur l’oraison, mais la place qui est laissée à la liturgie y est évidemment importante, et c’est tout naturel :

« Ainsi, par un double courant qui consiste à faire l’oraison pour mieux célébrer l’Office divin et à chercher dans l’Office divin la source de l’Oraison mentale, l’âme arrive sans secousse, sans bruit, presque sans effort, à la véritable contemplation ».

S’il ne fallait lire qu’un seul livre de spiritualité en ce début d’année de l’Eucharistie, ce serait celui là… C’est une sagesse toute antique qui est ici décrite, et qui réduit à néant notre tendance toute contemporaine à opposer ces deux formes de prière : l’une, l’oraison qui serait plus personnelle, donc plus "intense", et l’autre la prière liturgique qui serait mécanique, extérieure, et donc moins agréable à Dieu. Et bien non ; chaque façon de prier est bel et bien remise à sa place. C’est bien !

Un reproche cependant : les citations latines. Elles peuvent apporter beaucoup, mais si seulement elles avaient pu avoir leur traduction non pas en renvoi de bas de page mais dans le corps du texte, cela n’en autait été que plus agréable à lire !

Ce livre est disponible à Solesmes, vente en commerce électronique sur leur site web, catégorie Livres/ Spiritualité.

Bonne lecture.

Laisser un commentaire