La liturgie pendant la vacance du siège apostolique

BXVI_fin
La Croix nous propose un article ‘technique » concernant les conséquences liturgiques de la vacance du siège apostolique. Comme à notre habitude, quelques commentaires et mises en valeur

Pendant la vacance du Siège apostolique

Premier effet de la renonciation [on parle de renonciation et non pas de démission. Le pape n’a présenté à personne sa « démission »… ] de Benoît XVI : à partir du jeudi 28 décembre, à 20 heures (heure de Rome), et jusqu’à l’élection de son successeur, il faudra omettre la mention du pape dans le canon de la messe. Ainsi, dans la Prière eucharistique n° 2, la plus communément utilisée, [il n’y a pas de statistiques… Disons que la PE II est la plus courte, ce qui ne signifie pas qu’il faudrait que ce soit la plus utilisée, à moins de ne pas aimer la célébration de la messe…?] on dira : « Souviens-toi, Seigneur, de ton Église répandue à travers le monde : fais-la grandir dans ta charité avec notre évêque N., et tous ceux qui ont la charge de ton peuple ».  [En V.O. c’est mieux : Recordáre, Dómine, Ecclésiae tuae toto orbe diffúsae, ut eam in caritáte perfícias et Epíscopo nostro N.  et univérso clero. Avec le canon raomain ou prière eucharistique I ça donne : « et Antístite nostro N. et ómnibus orthodóxis atque cathólicae et apostólicae fídei cultóribus »] Dans les diocèses également vacants, la mention de l’évêque est également omise.

Par ailleurs, même pendant le Carême, il est possible de célébrer dans les paroisses la messe « pour l’élection d’un pape » [Voici ce que dit le Missal eromanum 2002 (rappel c’est le formulaire de la messe lue :

Missa pro eligendo papa :

Ant. ad introitum Mt 1 Suscitábo mihi sacerdótem fidélem, qui iuxta cor meum et ánimam meam fáciet; et aedificábo ei domum fidélem, et ambulábit coram me cunctis diébus.

Collecta Deus, qui, pastor aetérnus, gregem tuum assídua custódia gubérnas, eum imménsa tua pietáte concédas Ecclésiae pastórem, qui tibi sanctitáte pláceat, et vígili nobis sollicitúdine prosit. Per Dóminum.

Super oblata Tuae nobis, Dómine, abundántia pietátis indúlgeat, ut, per sacra múnera quae tibi reverénter offérimus, gratum maiestáti tuae pastórem Ecclésiae sanctae praeésse gaudeámus. Per Christum.

Ant. ad communionem Jn 15,16 Ego elégi vos et pósui vos, ut fructum afferátis, et fructus vester máneat, dicit Dóminus.

Post communionem Reféctos, Dómine, Córporis et Sánguinis Unigéniti tui salubérrimo sacraménto, nos mirífica tuae maiestátis grátia de illíus pastóris concessióne laetíficet, qui et plebem tuam virtútibus ínstruat, et fidélium mentes evangélica veritáte perfúndat. Per Christum.

Pour la messe chantée le Graduale romanum renvoie à la messe De Spiritu Sancto p. 661 (Tempore Quadragesimae)  : Dans le cas d’une messe chantée, on prendra donc les ornements rouges.

Introït : Dum sanctificatus fuero in vobis  p. 249

Graduel : Beata Gens p. 333

Trait : Emitte Spiritum tuum p. 661

Offertoire : Levabo oculos meos p. 78

Communion : Gustate et videte p. 303

] que tout évêque peut également prescrire dans son diocèse, notamment pendant le conclave lui-même. Sauf dans une célébration diocésaine ou avec une grande assemblée, où on peut utiliser les lectures de la messe votive « pour l’élection du pape », il faudra toutefois utiliser les lectures prévues dans le Lectionnaire de semaine pour le temps du Carême ainsi que la préface du Carême.

Notamment pendant le conclave, il est aussi possible de célébrer la messe votive du Saint-Esprit, [c’est à dire le formulaire de la messe chantée déjà mentionné plus haut] mais avec les textes du Lectionnaire de semaine, sauf dans le cas d’une célébration diocésaine ou avec une grande assemblée. La couleur liturgique sera toutefois le rouge (pour l’Esprit Saint) et non le violet du Carême.

« L’homélie fournit l’occasion de considérer le ministère du successeur de Pierre et le rôle de l’évêque de Rome dans la communion de l’Église, expliquent de leur côte les évêques canadiens dans une note liturgique diffusée lundi 25 février. L’homéliste peut aussi manifester les liens multiples qui unissent les Églises locales avec le Siège apostolique dans l’unité de la foi et tout particulièrement, en ce moment où tous les fidèles du monde prient pour l’élection du nouveau pape. »

Il est également recommandé d’ajouter une intention pour l’élection du nouveau pape dans la Prière universelle [rappel : la prière universelle n’est jamais obligatoire  elle est cependant recommandée le dimanche, où on privilégiera de toutes façons la célébration du temporal… ] ainsi que dans les intercessions dans la Liturgie des heures. [Attention, même si à la limite il est envisageable d’ajouter des intercessions pour l’élection du pape aux grandes heures (laudes et vêpres, il n’y a pas d’office votif. On préférera dans la plupart des cas, ajouter le chant deu Veni Creator, au début ou à la find e la célébration, avec le verset et l’oraison comme expliqué dans un article précédent.]

Enfin, dans les lieux de culte, il sera souhaitable de retirer la photo de Benoît XVI, notamment si elle est exposée à la vue des fidèles comme celle du pape actuel. [On parle ici précisément de la sacristie, dans laquelle on met la photo de l’ordinaire et du pape régnant.]

Après l’élection du nouveau pape

Dès l’annonce de l’élection du nouveau pape, l’usage est de faire sonner les cloches des églises. À partir de ce moment, il faudra également mentionner le nom du nouveau pape dans la Prière eucharistique. [Dans la prière euchatistique I, ou canon romain :

una cum fámulo tuo Papa nostro N. et Antístite nostro N. et ómnibus orthodóxis atque cathólicae et apostólicae fídei cultóribus

]

Dans les jours qui suivront, il est également possible de célébrer des messes à l’intention du nouveau pape en utilisant le formulaire et les lectures de la messe votive « pour le pape », sauf durant la Semaine sainte et l’octave de Pâques [Il n’y a en effet pas de messe votive pendant ces deux semaines, et même les solennités – premiers ordres – sont reportées]. Là encore, un évêque diocésain pourra même le prescrire pour son diocèse. Il faut noter que les prières eucharistiques pour des circonstances particulières 1 (« L’Église en marche vers l’unité ») ou 2 (« Dieu guide son Église sur la voie du salut ») conviennent bien pour cette célébration où on utilisera la couleur liturgique blanche. [Notons évidemment surtout que c’est évidemment le canon romain ou prière eucharistique I qui est dans les faits la plus adaptée, puisque’elle exprime par son antiquité et son universalité l’unité avec le siège apostolique. Faut il vraiment recourir à un formulaire inconnu des fidèles ? Pour des raisons pastorales évidentes, nous en doutons… ]

N. S.

———————————————————

Formulaire de la messe Pro papa

Formulaire de la messe lue, Missale romaum 2002 :

Ant. ad introitum Mt 16,18-19 : Tu es Petrus, et super hanc petram aedificábo Ecclésiam meam, et portae ínferi non praevalébunt advérsus eam, et tibi dabo claves regni caelórum.

Collecta : Deus, qui providéntiae tuae consílio super beátum Petrum, céteris Apóstolis praepósitum, Ecclésiam tuam aedificári voluísti, réspice propítius ad Papam nostrum N., et concéde, ut, quem Petri constituísti successórem, pópulo tuo visíbile sit unitátis fídei et communiónis princípium et fundaméntum. Per Dóminum.

Vel: Deus, ómnium fidélium pastor et rector, fámulum tuum N., quem pastórem Ecclésiae tuae praeésse voluísti, propítius réspice; da ei, quaesumus, verbo et exémplo, quibus praeest profícere, ut ad vitam, una cum grege sibi crédito, pervéniat sempitérnam. Per Dóminum.

Vel: Deus, qui in apóstoli Petri successióne fámulum tuum N. elegísti totíus gregis esse pastórem, supplicántem pópulum intuére propítius, et praesta, ut, qui Christi vices gerit in terris, fratres confírmet, et omnis Ecclésia cum ipso commúnicet in vínculo unitátis, amóris et pacis, quátenus in te, animárum pastóre, omnes veritátem et vitam assequántur aetérnam. Per Dóminum.

Super oblata : Oblátis, quaesumus, Dómine, placáre munéribus, et Ecclésiam tuam sanctam, una cum Papa nostro N., quem ipsi constituísti pastórem, assídua protectióne gubérna. Per Christum.

Ant. ad communionem Jn 21,15 Jn 17 Simon Ioánnis, díligis me plus his? Dómine, tu ómnia nosti; tu scis, Dómine, quia amo te.

Post communionem : Mensae caeléstis partícipes effécti, súpplices te, Dómine, deprecámur, ut, huius virtúte mystérii, Ecclésiam tuam in unitáte et caritáte confírmes, et fámulum tuum N., cui pastorále munus tradidísti, una cum commísso sibi grege salves semper et múnias. Per Christum.

Formulaire de la messe chantée (Graduale romanum) :
Introit : Statui ei Dominus p. 445
Graduel : Exaltent eum in Ecclesia plebis p. 548
Alléluia : Tu es Petrus p. 576
Evidemment, cet alléluia est omis pendant le Carême.
Communion : Simon Ioannis, p. 574

D’autres idées ou suggestions sont les bienvenues !

MISE A JOUR !

Une suggestion : si la messe est célébrée pour le pape émérite, ce qui semble effectivement une idée intéressante, on le mentionne alors au au memento des vivants :

Memento, Domine, famulorum famularumque tuarum, Benedicti decimi sexti, et N. … omnium circumstantium…

Laisser un commentaire