Inventé de A à Z !

« Inventé de A à Z ! » s’est exclamé Mgr Gänswein, Préfet de la Maison Pontificale et Secrétaire de Benoît XVI, à la lecture de l’article de Zenit rapportant une soi-disant expérience mystique de Benoît XVI qui serait à l’origine de son retrait. Et il ajoute : « Il n’y a pas un mot de vrai dans cet article ».

Le prélat était interrogé par la chaine de télévision italienne « Canale 5 » au cours d’une visite à Castel Gandolfo où il a célébré le 36e anniversaire de la dédicace de l’église « Madonna del Lago », un pèlerinage marial au bord du lac d’Albano.

On se souvient que le 19 août dernier, l’agence romaine « Zenit » avait défrayé la chronique avec une « nouvelle sensationnelle » : une personne qui avait tenu à rester anonyme, avait eu le privilège de rencontrer le Pape émérite Benoît XVI dans son couvent « Mater Ecclesiae » et prétendait que ce dernier avait pour la première fois évoqué les coulisses de sa renonciation à la charge pontificale. Benoît XVI lui aurait confié : « Dieu m’a dit de la faire ». Selon cette personne, il ne s’agissait pas d’une « apparition », ou d’un phénomène semblable, mais plutôt d’une « expérience mystique » par laquelle Dieu aurait « éveillé dans son cœur un désir absolu » de se retrouver « seul à seul avec Lui ».

Ces mots ont fait le tour du monde et avaient déjà suscité la réaction de Peter Seewald, biographe de Benoît XVI : « Que dire ? Que tout cela ne sont que des bêtises inventées de toutes pièces ! » Ce que les déclarations de Mgr Gänswein viennent de confirmer de façon définitive.

Reste la question de savoir pour quelles raisons certaines informations sont ainsi données en pâture au monde entier. Des informations qui, de plus, se caractérisent par un profond manque de respect à l’encontre de Benoît XVI.

L’agence Kath.net (plus sérieuse quant à sa ligne éditoriale et la qualité de ses informations) pose judicieusement la question de savoir pour quelle raison une telle information a été mise au grand jour et demande s’il ne s’agissait pas de discréditer l’ancien Pape.

Chose étrange, cette information est arrivée quelques jours après la fin des JMJ (à Rio du 22 au 29 juillet) et durant le repos estival et donc temps de silence du Pape François, à un moment où l’agence « Zenit » semblait commencer à tourner en rond, notamment en relatant la biographie de Nelson Mandela. On aura remarqué que depuis le début de l’année 2013, « Zenit » agrémente son bulletin quotidien de petites citations qui n’ont rien ni de biblique, ni de théologique, ni d’hagiographique ou de philosophique (de Don Camillo, au Seigneur des Anneaux, en passant par Sister Act, Marcel Pagnol, le Roi Lion ou Clint Eastwood…). Certaines traductions semblaient elles-aussi déjà légères par le nombre d’erreurs qu’elles contenaient.

L’agence « Zenit » créée pour « nourrir l’espérance et aider l’humanité à trouver la vérité, la justice et la beauté » grâce au message du Souverain Pontife, semble être un peu à côté de son but. D’autant qu’elle précise encore son objectif « de recueillir et de diffuser les informations avec professionnalisme, avec fidélité et au service de la vérité » sous des catégories telles que la bioéthique, genres, histoire, idéologies, environnement.

Créée par les Légionnaires du Christ (mouvement fondé par le Père Maciel qui a beaucoup défrayé la chronique), la rédaction de « Zenit » annonce aujourd’hui fonctionner de manière indépendante et sans but lucratif grâce à trois femmes (Anne Kurian, Anita Bourdin et Hélène Ginabat) sans mentionner le moindre contrôle de l’Eglise ou au moins la tutelle d’un responsable religieux. Certains journalistes de renom, tel que par-exemple Jean-Marie Guénois (« Le Figaro » ) bien au fait de l’histoire de cette agence, s’était déjà interrogé quand à la gestion financière de celle-ci : « Le plus inquiétant est que cette agence gratuite, très connue en France, qui livre des informations sur la vie de l’Eglise, demande en retour de l’argent à ses lecteurs sans jamais dire qui elle est vraiment ».

Force est de constater que « Zenit » réclame et récolte sans cesse beaucoup d’argent pour des informations qui semblent parfois aléatoires et provenant de sources qui ne justifient pas des frais de fonctionnement aussi élevés : à Rome la plupart des informations sont accessibles gratuitement et en outre, de nombreux sites de qualité (à commencer par celui du Saint-Siège) proposent aujourd’hui toutes sortes de d’informations (conférences, actualité des églises locales…) sans que cela ne justifie des centaines de milliers d’euros pour palier à des frais de traduction ou bien encore des frais de fonctionnement ou techniques aussi élevés.

« Zenit » semble avoir voulu frapper un grand coup : c’est un coup de sabre dans l’eau qui instrumentalise de façon irrespectueuse Sa Sainteté Benoît XVI ; cela justifie aujourd’hui de sérieuses explications du représentant moral de cette structure et de sa gestion financière, par respect vis-à-vis de l’Eglise et des nombreux donateurs.

Source : Proliturgia. http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/styled-5/debut.htm

Laisser un commentaire