FAQ module Liturgia Horarum

L'image “http://www.ac-grenoble.fr/ecole/chambery.le-pre-de-l'ane/images/enluminures/breviaire.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.De nombreuses questions ou remarques nous parviennent au sujet de notre module " Liturgia Horarum " . Nous avons décidé de regrouper ici un certain nombre de questions qui pourront intéresser  tous ceux qui l'utilisent ou voudraient l'utiliser. Si vous avez d'autres questions, n'hésitez surtout pas à les mentioner en commentaire.

 


1- Comment consulter ou obtenir les offices à l'avance ?

Il suffit de cliquer en haut à gauche, sur le petit calendrier, à la date voulue. Vous pouvez aussi naviguer . C'est un calendrier liturgique perpétuel qui calcule automatiquement la date, la priorité de la fête, la semaine du psautier, la couleur liturgique du jour. C'est facile !

2- Je suis surpris, vous n'indiquez pas la bonne date pour l'Epiphanie. Je fête habituellement l'Epiphanie lors du dimanche qui suit le 6 janvier.

Dans l'Eglise universelle, la date pour l'Epiphanie est bien le 6 janvier même et non pas après. Cependant, dans les pays où cette date n'est pas fériée, elle est reportée au dimanche suivant. Pour 2007, en France, par exemple, cette fête a donc été reportée au 7 janvier (soit le dimanche qui suit le 6 janvier) ; par ricochet, la fête du baptême du Seigneur a été reportée au lundi 8 janvier. Nous avons conservé quant à nous l'ordo de la liturgie tel qu'il se pratique à Rome, en commençant la première semaine du temps per annum le lundi 8 janvier. Par ailleurs, vous pourrez constater que certains saints patrons français ou européens n'ont pas le rang ou la priorité qu'ils ont dans votre diocèse. C'est l'inconvénient d'internet : nous avons des utilisateurs qui viennent du monde entier, si bien que nous n'avons pas fait le choix d'un ordo d'un diocèse précis, pour l'intérêt du plus grand nombre. C'est le " plus petit commun dénominateur ".

2- J'aprécierais beaucoup de pouvoir disposer sur mon site web ou mon blog du calendrier liturgique que vous avez sur vos pages. Est-ce possible ?

Bien sûr ! C'est non seulement possible mais c'est fait pour ! Il vous suffit de nous contacter pour cela.

3- C'est curieux, dans ma version papier de " Liturgia Horarum ", je n'ai pas la même version du Magnificat pour le verset " et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, ". Je suis pourtant sûr de ma version, avec " salutare meo " qui est aussi celle indiquée dans le missel vespéral de dom Lefebvre (ou un autre).

Votre version de " Liturgia Horarum " est la première édition, qui utilisait l'ancienne version latine de la bible (ancienne vulgate). Depuis 1985 et l'editio typica altera de Liturgia horarum, l'Eglise utilise une version corrigée de la bible latine pour la liturgie des heures : la nova vulgata, qui est officielle et disponible sur le site web du Vatican . Cette traduction corrige un certain nombre d'incohérences avec les originaux hébreux et grecs ; elle est plus proche de la vérité et de la signification du texte original. L'autre intérêt de l'édition actuelle de " Liturgia Horarum " c'est qu'elle propose des antiennes différenciées en fonction des années A, B ou C pour les cantiques évangéliques (Benedictus et Magnificat).

4- Dans ma version " papier " de " Liturgia Horarum ", je n'ai pas les mêmes Preces que celles que vous indiquez.

C'est exact. Nous n'utilisons pas ici les " preces " officielles, mais d'autres, tirées des " Prières litaniques de l'office " de l'abbaye de Solesmes. Ceci pour plusieurs raisons :
    a) il serait très fastidieux pour nous d'entreprendre une traduction mot pour mot des preces telles que proposées dans le texte officiel.
    b) ces " preces " sont très belles et très anciennes. Elles nourrissent chaque jour la prière au choeur de moines, elles peuvent donc également convenir pour nous.
    c) la Présentation Générale de la Liturgie des heures nous autorise à utiliser d'autres textes aprouvés pour les preces.
    d) nous pourrions prendre également les formules brèves telles qu'elles sont proposées dans les volumes de " Liturgia horarum " mais ce serait un peu dommage.

{mos_fb_discuss:2}

5- Mais alors, pourquoi ne pas utiliser celle de " Prière du Temps Présent " (PTP) ou de la " Liturgie des heures " en français ?

La langue latine est de plus en plus oubliée par nos contemporains. Elle reste pourtant une langue de prière et la langue officielle de l'Eglise catholique. Il y a des tas de gens qui apprennent des langues étrangères en regardant des films sous-titrés. Nous sommes aussi persuadés qu'en priant en " V.O. sous titrée ", nous pourrons contribuer à l'amour de la liturgie romaine et à la culture latine des fidèles catholiques !

6- Pour les offices du milieu du jour, les psaumes que vous utilisez ne sont pas les mêmes que ceux qui sont indiqués sur le site " Prier avec l'Eglise ", qui est pourtant un site officiel du SNPLS (anciennement CNPL).

C'est exact. Mais en l'occurrence, notre approche est tout à fait conforme. Pour les clercs astreints à l'office, seule une des petites heures est obligatoire. On peut évidemment en réciter deux autres, et c'est ce que nous proposons. Cependant, la " Liturgia Horarum " propose une psalmodie complémentaire pour les petites heures en dehors de la principale, dont la psalmodie change chaque jour.Cette psalmodie complémentaire, par contre ne varie pas en fonction des jours de la semaine. Nous avons opté de choisir comme heure principale l'office de Sexte. Les deux autres heures (Tierce et None) ont donc un office avec la proposition de psalmodie complémentaire : les psaumes 119,120 et 121 pour Tierce et 125,126 et 127 pour None. Si nous avions choisi Tierce ou None comme "petite heure principale", cela aurait donné autre chose,(avec les psaumes 122, 123 et 124 pour Sexte) mais il faut bien faire des choix… En espérant que cela convient à la prière des nos utilisateurs, mais surtout à la plus grande gloire de Dieu !

7- Je suis abonné au service avec titi@mail.fr mais je préférerais recevoir l'office sur toto@mail.fr. Pouvez-vous modifier mon compte ?

La façon la plus simple de procéder est de réaliser une nouvelle inscription sur notre site web avec toto@mail.fr et de configurer sur cette page les offices que vous souhaitez recevoir. Ensuite, vous pouvez configurer l'adresse titi@mail.fr pour ne plus recevoir les offices sur celle-ci.

8- Pourquoi vous ne mettez pas en consultation les offices pour tous, y compris les gens qui ne sont pas inscrits à votre site web ?

Notre module " Liturgia Horarum " est pour l'instant en mode de relecture. Il s'y glisse des erreurs (fautes de frappe, erreurs de traduction, erreurs d'ordo), que nos utilisateurs ne manquent pas de nous faire remonter. Lorsque la mécanique sera parfaitement rodée, nous retirerons le contrôle d'accès. Mais vous pouvez d'ores et déjà vous inscrire pour collaborer et le cas échéant nous faire remonter telle ou telle erreur. De toutes façons, l'inscription est gratuite. Nous ne sollicitons aucune participation financière de quelque sorte que ce soit.

9- C'est bizarre, je reçois certains offices dans le désordre.

Effectivement, pendant un moment, pour une question de problème de configuration, certains utilisateurs recevaient les laudes vers 10.30, le matin. Le problème est maintenant résolu. L'office des Laudes est envoyé à 5.00, Tierce à 8.00, Sexte à 11.00, None à 13.00, et Vêpres à 15.00. Le principe est de recevoir l'office un peu de temps à l'avance pour pouvoir le réciter " dans la vérité des heures ".

10- Quand j'ai paramétré mon abonnement, il n'y avait pas possibilité d'avoir Sexte et None, et je recevais tout en un seul envoi, les " heures du milieu du jour ". Comment faire pour recevoir à nouveau tout ?

 C'est exact. Pour recevoir tout, il vous suffit de remettre à jour votre abonnement en cochant, sur cette page , les bons paramètres.

11- Je voudrais me désabonner (momentanément), comment faire ?

Il vous suffit de vous connecter à notre site en utilisant le formulaire prévu à cet effet (dans la colonne gauche du site) puis de vous rendre sur cette page.

Vous pourrez alors modifier vos parmètres d'abonnement en cochant ou décochant les cases nécessaires.

12- J'ai perdu mon mot de passe, comment faire ?

Rendez-vous à cette page.

13- Comment utiliser votre module sur mon PDA (assistant numérique personnel) ou mon Palm ?

Si votre PDA est un PDA communiquant (PDA Phone ou SmartPhone), vous recevez automatiquement à la bonne heure  un email avec un fichier HTML attaché. C'est immédiatement exploitable avec votre navigateur internet embarqué sur votre terminal. Si votre PDA n'est pas communiquant, il vous reste à synchroniser votre boîte email avec un câble USB, à chaque fois que vous voulez utilser votre PDA pour l'office divin. Nous projetons de proposer prochainement en téléchargement des fichiers HTML regroupant tout l'office pour une semaine ou un mois. Vous pourrez donc emporter l'office entièrement embarqué dans votre terminal, y compris si vous n'avez pas d'accès Internet. C'est pour bientôt !

14- Je préfère le papier à l'electronique….

Nous avons commencé, pour résoudre votre problème, à proposer une version PDF de notre module Liturgia Horarum. Vous pouvez d'ores et déjà, en cliquant ici, générer l'ensemble de l'office pour une journée entière et l'imprimer pour l'utiliser. Nous avons comme projet, à terme, de proposer une édition papier de ce travail. Mais il y a encore de la relecture à faire, et c'est très long.

15- Je ne comprends pas, j'étais dimanche dernier aux vêpres dans l'église de X, bénéficiant du motu proprio " Ecclesia Dei adflicta " et ce n'étaient pas les mêmes psaumes, lectures, antiennes et oraisons.

C'est normal. Nous proposons ici la liturgie post-conciliaire. Les communautés qui bénéficient de ce motu proprio utilisent les livres de la liturgie romaine édités en 1962. Nous utilisons quant à nous la liturgie actuelle, mais en latin.

16- Je ne comprends pas, j'étais l'autre jour aux vêpres dans le monastère bénédictin de X, et ce n'étaient pas les mêmes psaumes, lectures, antiennes et oraisons. Pourtant, ils ne sont pas traditionnalistes.

C'est normal, les bénédictins, ainsi que certains ordres religieux (les Dominicains, etc…) qu'ils soient traditionnalistes ou pas, utilisent une structure de l'office qui leur est propre et qui est décrite dans la règle de S. Benoît (ou du fondateur de leur ordre). Par exemple, les Bénédictins doivent réciter l'ensemble du psautier en une semaine. Après Vatican II, l'office romain de la liturgie des heures a décidé de répartir le psautier sur 4 semaines et d'y ajouter un certain nombre de cantiques de l'ancien et du nouveau testament.

17- En fait, ce que vous faites est directement en concurrence avec ce que fait déjà le SNPLS (ex CNPL) sur son site " Prier avec l'Eglise " ?

Non, pas du tout. Nous cherchons à proposer quelque chose d'original, à dimension internationale. Nos utilisateurs viennent de tous les pays, francophones ou non, d'ailleurs. Nous songeons même à terme à proposer une traduction dans d'autres langues que le Français. Prier avec l'Eglise, c'est réellement " Prière du Temps Présent " en version électronique, à usage de Français dans les paroisses ou communautés. L'optique est vraiment différente. Pour autant, nous renvoyons nos utilisateurs vers l'office des lectures sur " Prier avec l'Eglise " parce que nous n'avons pas encore fait l'office romain de nuit. (Pour ceux qui ne connaissent pas, l'office des lectures, ou Officium lectionis, c'est l'office qui est chanté / récité la nuit, à la différences des autres heures (laudes, tierce, sexte, none, vêpres, complies)
qui sont récitées au long du jour. L'office des lectures est aussi appelé l'office des Vigiles ou des Matines. Il est toléré de le réciter pendant la journée, en l'intercalant au choix entre deux offices diurnes. L'idéal reste de le réciter après l'office de complies ou avant l'office des laudes, précédé du psaume invitatoire.

Enfin, le fait de prier l'office en latin, y compris avec une traduction française non " courante " renouvelle le sens de la liturgie des heures pour beaucoup de nos utilisateurs.

18- Mais enfin, quel est l'intérêt de dire l'office en latin, alors qu'il y a tous les livres de la liturgie des heures en Français, y compris sur internet ? En plus, est-ce vraiment conforme à ce que demande le Concile ?

L'Eglise universelle promulgue des textes liturgiques valables pour tous les chrétiens, en langue latine. Il n'y a aucune raison de s'en priver. Le latin est une langue de prière pour l'Eglise depuis très longtemps. Proposer ici de prier en latin, ce n'est pas du tout en contradiction avec le Concile, qui au contraire demande à ce que la langue latine soit conservée dans les liturgies latines. Parmi les liturgies latines, la liturgie romaine est l'une d'entre elles (il y a aussi la liturgie ambrosienne, la liturgie dominicaine, etc..). Il a été redit très récemment par le Cardinal Arinze (le Préfet de la congrégation du Culte divin) que la langue de la liturgie romaine était la langue latine et les langues vernaculaire. Il n'y a donc aucune raison de ne pas utiliser le latin.

19- Et la musique ?

Aussi improbable que cela puisse paraître, il n'existe pas aujourd'hui d'antiphonaire romain.  Cela veut dire que concrètement, l'Eglise n'a promulgué aucun livre officiel dans lequel on trouve les partitions des antiennes, des répons, etc… Nous serions donc bien en mal de proposer quelquechose. Tout au plus aujourd'hui pouvons nous proposer un renvoi vers les pages de l'antiphonaire monastique qui n'est paru qu'en 2004. Faut il faire une pétition auprès de la Congrégation du culte divin pour demander que 40 ans après le Concile, nous puissions enfin chanter la gloire de Dieu dans un livre officiel ? Nous ne sommes pas très loin de le penser… Ceci dit, il existe un hymnaire tout à fait officiel avec l'ensemble des partitions pour les hymnes de tous les offices pour toute l'année. Il est en vente à Solesmes ou dans toute bonne librairie religieuse.

Heureusement, la Communauté Saint Martin travaille actuellement à un ouvrage, " les heures grégoriennes ", qui propose tout ce qu'il faut pour l'office choral en chant grégorien avec l'office romain rénové par le Concile Vatican II. Sa sortie est imminente. Même s'il n'est pas officiel, cet ouvrage très prometteur a reçu tous les encouragements nécessaires. Nous ne pouvons que chaudement le recommander.

20- Mais pourquoi ne pas utiliser la version française officielle de la liturgie pour la traduction ? Ce serait plus conforme...

Il y a plusieurs raisons qui nous poussent à ne pas faire ainsi :

    a) la version française officielle de la liturgie est la propriété de l'AELF, et l'utilisation de ces textes est soumise à autorisation.

    b) la traduction de l'AELF est faite sur l'hébreu et le grec, et non sur le latin. Cela pose des problèmes de numérotations de versets, mais aussi d'exactitude de traduction.

    c) la version officielle de l'AELF a pour objectif d'apdapter y compris de façon littéraire la liturgie à la langue française. C'est tout à fait différent de ce que nous faisons : nous ne fournissons une version française sur nos pages uniquement " pour mémoire ", étant entendu que nos utilisateurs ne s'y réfèrent que s'ils ne comprennent pas. Un grand nombre de choses dans " PTP " par exemple n'a aucun rapport avec les livres de la " Liturgia Horarum " que nous utilisons (citons par exemple les répons brefs, les hymnes, un certain nombre d'oraisons, de preces, etc…). Il est bien entendu  que l'utilisation de notre module n'a de sens que si l'office est récité en latin, le français que nous mettons n'ayant obtenu aucune autorisation.

21 – Je ne comprends rien à vos sigles. Est-ce un language codé ou symbolique ?

 Voici la signification des sigles que nous avons utilisés :

  – AELF : Association Episcopale Liturgique pour les pays Francophones.

  – CNPL : Centre National de Pastorale Liturgique, qui vient de changer de nom en SNPLS.

  – HTML : Hypertext Marhup Language : langage de formatage des documents pour qu'ils soient lus par un navigateur internet (Internet Explorer ou Mozilla, par exemple)

 – PDA : Personal Digital Assistant.

  – PDF : Portable Document Format (format de document "prêt pour l'impression", que l'on peut ouvrir par exemple avec Acrobat reader, téléchargeable gratuitement)

  – PTP : Prière du Temps Présent.

  – SNPLS : Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

 

22- De toutes façons, chercher à faire du latin avec la liturgie de Paul VI, c'est ridicule. Si vous êtes attachés à la tradition latine et grégorienne, pourquoi ne pas aller au bout de vos idées et de rejoindre une paroisse ou une communauté bénéficiant du Motu proprio "Ecclesia Dei adflicta", ou appliquant le Motu proprio "Summorum Pontificum", c'est fait pour ça…

Vous préféreriez sans doute qu'en tant que " conciliaires " nous n'utilisions pour notre prière que des chants " gnangnans " … ? Or, nous ne pensons pas qu'il faille limiter l'usage du latin à l'intérieur des communautés " tradi ". La tradition liturgique est l'apanage de toute l'Eglise et en l'ocurrence de sa liturgie y compris dans sa forme actuelle. Nous continuerons donc de travailler à la promotion de la richesse de la liturgie latine et grégorienne y compris dans les paroisses " normales" . Et nous nous sentons particulièrement encouragés à le faire par le Saint Père dans sa récente exhortation apostolique "Sacramentum Caritatis ".

{mos_fb_discuss:2}

 


Laisser un commentaire