Dom Guy-Marie Oury, osb

Une bonne dose d’illusion et de mégalomanie est nécessaire pour se croire « humblement » capable de forger une liturgie meilleure que celle que vingt siècles de tradition chrétienne ont lentement formée.(…)

Dans le domaine de la créativité, il y a très certainement un grand décalage entre l’offre et la demande; l’offre, c’est la marchandise que proposent une multitude de liturgistes plus ou moins habiles, poussés par le démon de la composition, à l’intention du fameux homo hodiernus qui a succédé à l’homo sapiens des préhistoriens; la demande, c’est ce qu’attend le peuple chrétien qui n’entend pas être frustré de la vraie prière de l’Eglise, sa prière; la liturgie n’est pas la propriété d’une caste, le moyen d’expression de quelques-uns; elle est un bien commun et, comme telle, doit être respectée.

Revue Esprit et Vie, n. 17, 28 avril 1977

 

Laisser un commentaire