Dialogues avec Paul VI

Qu'est-ce donc que la liturgie? Je dirais, si l'on m'interrogeait, que la liturgie sous sa forme lointaine est une élégance, une lenteur, une dignité de ce que l'on fait. Plusieurs ont besoin de linges immaculés, de quelque pierre au doigt. La liturgie, ce sont aussi des habitudes élevées jusqu'au sacré; c'est un ordre dans les détails de la vie, c'est une solennité même dans le chemin qu'on fait pour aller de sa chambre à son bureau. C'est la tranquillité des choses bien en ordre, qui se manifeste dans les abbayes de saint Benoît où le mot PAX rayonne sur les objets d'usage comme sur les minutes perdues. C'est aussi la crainte des changements, le souci de placer dans cette vie qui est fugitive quelque chose de durable, et par exemple quand on écrit, d'avoir une plume nette, un papier glacé et sur ce papier des marges et dans son écriture des traits inutiles. Paul VI a les gestes vifs, mais lorsqu'il écrit, il écrit avec application, tel un écolier, chaque jambage est voulu pour lui-même. Avoir le sens liturgique, c'est vivre dans un temps détendu de type monastique, où chaque minute, détachée de l'autre, compte pour elle-même comme si elle renfermait une petite éternité. C'est respirer lentement, regardé par des anges qui sourient.

Jean GUITTON, Dialogues avec Paul VI 

Laisser un commentaire