Corónæ Dómini cultor devotíssimæ

Dimanche prochain, ne manquez pas :

Vêpres pontificales en chant grégorien

à l'occasion de la solennité décalée

du Saint Patron du diocèse de Versailles : Saint Louis.

 Dimanche 8 octobre 2006, 17.30, cathédrale Saint Louis de Versailles.

Les vêpres, présidées par Mgr Eric Aumônier, évêque de Versailles, seront suvies d'un Salut au Saint Sacrement.

 

Louis IX, roi de France, perdit son père à l'âge de douze ans ; très sainte fut l'éducation qu'il reçut de Blanche sa mère. Après vingt ans de règne, une maladie l'atteignit, qui fut pour lui l'occasion de penser à recouvrer la possession de Jérusalem. Sa santé raffermie, il reçut de l'évêque de Paris l'oriflamme, passa la mer avec une grande armée, et mit en fuite au premier choc les Sarrasins. Mais la peste ayant enlevé un grand nombre de soldats, lui-même fut vaincu et fait prisonnier.

On traita avec les Sarrasins ; le roi et l'armée redevinrent libres. Louis passa en Orient cinq années, pendant lesquelles il racheta nombre de chrétiens, convertit beaucoup d'infidèles, restaura à ses frais plusieurs villes chrétiennes. Mais sa mère ayant quitté cette vie, il dut revenir en son royaume, où on le vit se consacrer à toutes les œuvres de la piété.

Il bâtit une grande quantité de monastères et d'hospices pour les pauvres, secourant les indigents, visitant les malades, auxquels, non content de procurer de sa bourse toutes choses; il rendait de ses mains les services dont besoin était. Son vêtement était sans faste ; continuellement le cilice et le jeûne affligeaient son corps. Avant passé une seconde fois la mer pour combattre les Sarrasins, il avait établi en face d'eux son camp, lorsqu'il fut frappé de la peste, et mourut en disant cette prière : « J'entrerai dans votre maison, j'adorerai dans votre saint temple, et je louerai votre Nom.» Son corps fut transporté à Paris, où on le garde et l'honore dans la célèbre église de Saint-Denys ; sa tête est à la Sainte-Chapelle. Illustré par des miracles, le Pape Boniface VIII le mit au nombre des Saints.

 https://i1.wp.com/scholastmaur.free.fr/SL.jpg?w=640

La mort de Louis fut simple et grande comme sa vie. Dieu l'appela vers lui dans des circonstances douloureuses et critiques, loin de la patrie, sur ce sol africain où il avait une première fois déjà tant souffert : épines sanctifiantes,qui devaient rappeler au prince croisé son joyau de prédilection, la couronne sacrée acquise par lui au trésor de France. Mû par l'espoir de convertir au christianisme le roi de Tunis, c'était plus en apôtre qu'en soldat qu'il avait abordé le rivage où l'attendait le combat suprême. Je vous dis le ban de notre Seigneur Jésus-Christ et de son sergent Louis, roi de France : sublime provocation jetée à la ville infidèle, bien digne de clore une telle vie.  Dom Guéranger, l'année liturgique.

 

Les vêpres seront chantées entièrement en chant grégorien, avec les livres actuels de la liturgie romaine. Des livrets de chant seront disponibles pour tous afin de permettre la participation de l'assemblée. Venez entourer votre évêque et honorer le Saint Patron du diocèse de Versailles à l'occasion de cette solennité reportée au dimanche 8 octobre !

 

N'hésitez pas à en parler à vos amis. 

Laisser un commentaire