Contemplation et mission

EUROPE/ITALIE – “Missionnaires de la prière” – Une contribution de l’Abbesse des Bénédictines de l’Abbaye de Rosano pour la Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

L'image “https://i2.wp.com/www.florencetouristguides.com/monumenti/monasterodiRosano.jpg?resize=200%2C154” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Rosano (Agence Fides) – L’union profonde qui lie la vie contemplative et la mission est une constante dans la vie de l’Eglise et tire sa signification essentielle de la vie même du Seigneur qui, s’incarnant pour porter à tous les hommes la Bonne Nouvelle, passe les trente premières années de Sa brève existence terrestre dans une vie pauvre et cachée ancrée dans la prière et le travail mais rendue extrêmement féconde par cette oblation totale au Père qui se résume par ces mots “Voici que je viens ô Dieu pour faire Ta volonté”.
Chaque moniale sent profondément cet engagement missionnaire, cette soif de porter l’Evangile, la Bonne Nouvelle, jusqu’aux extrémités du monde et il le réalise en utilisant les moyens propres à la vie contemplative cloîtrée. Sa prière, l’engagement assidu et généreux à une conversion qui atteint les fibres les plus profondes de son être, le sacrifice presque toujours caché et sans gloire, comme de même elle se présente dans le tissage des vengeances quotidiennes, tout monte jusqu’au cœur de Dieu et de lui redescend comme ferment de grâce pour ouvrir une horizon de lumière là où le nom de Jésus n’est encore jamais atteint, pour préparer silencieusement les esprits et les cœurs à accueillir la nouvelle bouleversante d’un Dieu qui par amour se fait homme et meurt dans l’amour pour le sauver.
L’une des caractéristiques les plus spécifiques de notre vocation est de ne pas arriver à connaître concrètement le fruit de notre vie, à ne pas voir le sourire de celui qui reçoit le réconfort de notre prière, à ne pas entendre le merci reconnaissant de celui que nous avons aidé et cela rend le don absolument gratuit, le met tout à disposition de Dieu qui l’envoie là où Lui seul voit le besoin, Lui seul perçoit le cri affligé, et parfois désespéré, de celui qui est dans la solitude également parmi tant de personnes, de celui qui est pauvre également au milieu des richesses, de celui qui est dans l’obscurité parce qu’il est privé de la lumière de la foi, l’unique capable de donner le véritable sens à la vie.
Les missionnaires qui rejoignent le Monastère ouvrent devant nous un horizon qui, même éloigné, même souvent très loin dans l’espace, nous voit présents de façon vraiment surprenante. De nombreuses fois dans leurs récits nous pouvons apercevoir la main bienfaitrice de Dieu qui prévient, qui résout les situations qui semblent insolubles, qui donne la force, le courage et la constance à ceux qui parmi de grandes fatigues, risques et souffrances annoncent le Royaume. Eux et nous sommes conscients que l’omniprésent, qui n’a besoin de rien ni de personne, a voulu associer également sa créature à l’œuvre du Salut, que cette main pleine de toute la grâce est heureuse de distribuer également le petit don que notre amour, avec patience et constance, a réalisé pour nos frères.
Il y a deux ans nous fut envoyé d’une mission lointaine un gros paquet de graines utilisables pour confectionner des couronnes du Chapelet, la mère en a fait préparer une pour chaque moniale et en a fait don à l’occasion de sa fête onomastique. Egrenant les grains de cette couronne tandis que nous marchons dans les cloîtres ou des longs couloirs tandis que nous nous tenons devant le tabernacle, source et sommet de notre vie contemplative, il nous semble faire atteindre, à travers la main maternelle de Marie, une caresse légère mais efficace à tous nos frères et sœurs qui grâce à l’engagement de celui qui a donné toute sa vie à Dieu dans la prière et la mission, ont connu et cru à l’Amour. Les Bénédictines de Ste Marie de Rosano, Mère Maria Stefania Robione OSB. (Agence Fides 27/4/2007 – Lignes : 44 ; Mots : 644)

Laisser un commentaire