Claude Pateau interviewé par l’Homme nouveau

M. Claude Pateau, directeur de la Schola saint Grégoire du Mans, (et également le propre frère du TRP Abbé de Fontgombault) est interviewé par l’Homme nouveau. Comme à notre habitude, nous mettons en gras ce qui nous semble important, et nos commentaires en italique.


 

« [Le chant grégorien] Est-il adapté à la vie de paroisse alors que plus personne ne connaît et ne pratique le latin ?

Ne pourrait-on pas renverser la question et se demander si nos paroisses sont bien adaptées au chant propre de la liturgie romaine, et sinon pourquoi ? Le chant grégorien fait partie intégrante de la liturgie romaine, il n’en est pas séparable, à la différence des autres répertoires de musique sacrée. [Le chant grégorien est le « chant propre de la liturgie romaine », c’est le pape Saint Pie X, au XXème siècle qui l’affirme pour la première fois dans son motu proprio sur la musique sacrée, motu proprio « canonisé » par Vatican II dans sa constitution dogmatique sur al liturgie, puis réaffirmé à de nombreuses reprises par les papes de l’après concile tout comme dans les textes officiels et les éditions typiques du missel romain… L’affirmation de M. Pateau, qui pourra sembler exagérer à certains interlocuteurs ne l’est en fait pas du tout !] Se demander si le chant grégorien est adapté à la vie de paroisse revient donc à se demander si la liturgie est encore utile au peuple de Dieu. Il y a là un renversement de perspective. [En effet, si la liturgie est la source et le sommet de la vie chrétienne…. Comme le dit encore une fois… Vatican II !] Le primat du subjectivisme nous a fait prendre l’habitude de penser la liturgie en termes de créativité et non en termes de fidélité (ce qui ne veut pas dire rigidité). Le Saint-Père insiste beaucoup pour changer les mentalités sur ce point. Quant au latin, il connaît un certain renouveau dont témoigne notamment la liturgie papale (la liturgie de la messe de béatification de Jean-Paul II fut entièrement célébrée en latin). [Il n’y a d’ailleurs pas que la béatificaiton de Jean-Paul II : 9 messes sur 10 célébrées par Benoît XVI à Rome le sont en latin….]

Le chant grégorien est-il adapté aux deux formes du rite romain ?

Trop souvent on associe à tort le chant grégorien et le latin à la forme extraordinaire du rite romain. Or le même répertoire vaut tout autant pour la forme ordinaire. Par là, on conçoit que le chant grégorien puisse être un pont non négligeable entre les deux formes. Il est important que des chorales grégoriennes se créent dans les églises cathédrales et paroissiales. L’habitude du chant grégorien devrait aider les fidèles des deux formes à se rapprocher sans avoir peur les uns des autres.[Espérons que les vœux de M. Pateau se réalisent ! En tout cas c’est à quoi nous travaillons, à la Schola saint Maur, que ce soit en région parisienne ou à Saint-Etienne !]

COMMENTS

  • David

    Surrexit Christus – Bonjour,

    Je suis animateur liturgique dans une petite paroisse rurale d’Eure-et-Loir.

    Comment concrétiser cela, lorsque quelques paroissiens épars se plaignent qu’on leur « impose » le Latin… ?

    David

Laisser un commentaire