Charles Ier : une béatification « solesmienne »…

On n’en parle pas… Elles n’en parlent pas… Nous le rappelons : c’est un peu une béatification solesmienne que celle de Charles Ier, puisque ses belles soeurs étaient moniales à Ste Cécile.

Bienheureux Charles d’Autriche

Bienheureux Charles d’Autriche
Beau frère de moniales de Sainte Cécile de Solesmes.

Charles Ier, le successeur de l’empereur François-Ferdinant (le "Franz" de "Sissi", vous savez ?) a eu comme épouse l’impératrice Zita, dont les soeurs étaient moniales à Cécile de Solesmes !

Zita (qui épouse Charles en 1911) avait d’ailleurs passé plusieurs mois à l’abbaye Sainte Cécile en 1909, où sa soeur Marie-Bénédicte de Bourbon-Parme était novice sous l’abbatiat finissant de Madame Cécile Bruyère, la fondatrice et célèbre disciple de dom Guéranger. Alors qu’on pensait déjà pour elle à un mariage avec l’archiduc Charles de Habsbourg, sa mère désira qu’elle complétât son instruction à l’alumnat de Sainte Cécile.

La (future) impératrice Zita disait d’ailleurs de Mère Cécile, qui était souffrante lors des derniers mois de son abbatiat : « Il suffisait de voir son regard extraordinaire pour se rendre compte qu’elle voyait et comprenait tout ! ». (cité dans Lumière et force, Mère Cécile Bruyère, première abbesse de Solesmes, par dom Guy-Marie Oury, Solesmes, 1997, à partir d’un témoignage recueilli auprès de l’impératrice Zita en 1971 par une moniale de Sainte Cécile).

L’impératrice Zita était également présente lors des funérailles de Mère Cécile : « J’étais presque vis à vis du père abbé dom Delatte, de l’autre côté du lit, et mère prieure du côté où je me trouvais. De façon que j’ai assisté aux dernier moments de madame l’abbesse. C’était très impressionnant, car malgré qu’elle respirait avec grande difficulté, c’était la paix profonde qui régnait là, autour du lit d’agonie. Le prochain jour, on a été prier auprès d’elle et cette expression tellement sereine, tellement arrivée, était impressionnante. J’ai bien partagé le deuil de toute la communauté, on se sentait orpheline. Tant qu’elle était là, c’est la mère qui était là. Quand elle est partie, on se sentait tout à fait délaissée, même moi qui étais là depuis peu de temps. » (op. cit.)

Nul doute que le couple impérial fut fortement influencé dans toute sa vie par la spiritualité solesmienne, et bien sûr plus particulièrement, par celle de Mère Cécile. Nul doute que la vie de l’empereur Charles fut soutenue par la prière de ses belles soeurs moniales, et que c’est aussi grâce à la prière d’intercession des moniales que Charles Ier est aujourd’hui proclamé bienheureux.

C’est donc une belle fête pour Sainte Cécile de Solesmes. Nous rendons grâce avec elles !

Biographie de Charles d’Autriche sur le site du Vatican

Article sur Charles Ier dans l’hebdomadaire France Catholique, sous la signature de Daniel Ange

Laisser un commentaire