Chanter aujourd’hui du grégorien

Chanter aujourd'hui du grégorien, ce n'est pas être attaché à un passé, ce n'est pas regarder en arrière par peur ou rejet du monde présent ; c'est vouloir transmettre un art qui a fait ses preuves et qui peut toujours nous inspirer. Certaines communautés monastiques ont abandonné tout le répertoire grégorien et travaillent à l'expression de leur prière en français avec des musiciens contemporains, parfois avec bonheur. Mais regardez ce livre, le Graduel : il représente plusieurs siècles de créations, mais aussi d'éliminations de pièces de peu de valeur. Nous bénéficions de ce tri. Si j'aime le chant grégorien, c'est parce qu'il me permet d'exprimer individuellement et collectivement ma prière, même si je n'ai pas une grande formation musicale.

Dom Robert Guillot, maître de choeur, Ganagobie. 

Laisser un commentaire