Bonne année…. Et bonnes résolutions.

Au nom de tous les membres de la Schola Saint Maur, j'ai le plaisir de vous souhaiter une bonne, sainte, et heureuse année.

Evidemment, je vous souhaite une bonne année… Latine !

Pour cela, nous lançons un appel à tous nos amis et internautes : prenez une bonne résolution, et rejoignez-nous pour chanter la gloire de Dieu. Nous avons en particulier un grand besoin, en ce moment de voix de femmes. C'est d'ailleurs tout de même le comble. La Schola Saint Maur est la seule chorale liturgique que je connaisse qui a un déficit chronique de voix féminines… Mesdemoiselles, mesdames, ne nous fuyez pas !

Une nouvelle année commence, avec un grand nombre de beaux projets tant dans le domaine musical que liturgique. N'hésitez plus ! 

L'image “https://i0.wp.com/images.ucomics.com/comics/ft/2006/ft061231.gif?resize=524%2C371” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

 

 

Oui, mais je ne suis pas « tradi »…
Et bien cela tombe très bien parce que nous non plus… Notre objectif n’est en effet pas de militer en faveur des anciennes éditions du missel romain. Nous croyons que la belle liturgie st le patrimoine de toute l’Église, et en particulier des paroisses, au profit desquelles nous intervenons de façon régulière ou certaines occasions, avec l’ambition de rendre accessible à tous e répertoire, que le Concile Vatican II a défini comme « le chant propre de la liturgie romaine ».

Oui, mais je ne comprends pas le latin…
Pour nous rejoindre, il n’est pas nécessaire d’être agrégé de latin. La pratique du latin liturgique permet en douceur d’apprivoiser cette belle langue et d’être en contact de façon concrète avec l’Écriture Sainte qui constitue le texte du chant grégorien en quasi exclusivité. Vous serez surpris de voir, après un peu de pratique, comme cette langue devient naturellement une langue de prière. En mettant ces mots latins sur une mélodie grégorienne, vous entrerez naturellement dans la langue de l’Église.

Oui, mais je n’ai pas de voix, ou je chante faux…
Notre objectif n’est certainement pas de faire de vous un professionnel de la voix ! Vous allez voir que le chant grégorien et ses échelles naturelles vont vous permettre de placer petit à petit, par la pratique, votre voix pour la louange divine. Et nous ne cherchons rien de plus… Et nous connaissons très peu de gens qui chantent absolument faux sans rémission.

Oui, mais je ne sais pas lire la notation grégorienne…
Ce n’est pas un problème : vous allez très vite vous rendre compte que la fameuse notation « carrée » qui fait si peur aux débutants est en réalité beaucoup plus simple que la notation musicale moderne. La question de la notation du chant grégorien ne doit de toutes façons pas vous effrayer… L’art grégorien ne peut de toutes façons pas se laisser enfermer dans la seule notation.

Oui, mais pour bien exécuter du chant grégorien, il faut des
années et des années de pratique…

C’est vrai et faux à la fois. C’est vrai pour les pièces difficiles, complexes, « mélismatiques ». C’est faux pour le répertoire commun qui est en fait un chant populaire. Ne vous en faites pas : le chant grégorien s’adapte à l’exécutant ; un débutant peut très bien réussir à chanter dès la première séance une pièce simple, des litanies, un Kyrie ou un Agnus Dei. Sans être un virtuose, il y a aussi la psalmodie qui est une musique simple mais qui est justement probablement le coeur de l’art grégorien.

Oui, mais le chant grégorien, c’est pour les moines…
Non, c’est une idée reçue … Le chant grégorien, s’il est aujourd'hui particulièrement conservé et pratiqué par les Bénédictins, est en réalité un répertoire conçu pour les lieux de culte séculiers (cathédrales, basiliques, collégiales). Il est tout à fait adapté pour les paroisses et exécutable par les laïcs. Nous l’expérimentons depuis plusieurs années ! Nous ne chantons pas pour "singer" les moines… L'ambiance de notre groupe est sérieuse quand il le faut, mais sait également être très conviviale !

Oui, mais je n’ai pas le temps…
A la Schola Saint Maur, nous sommes tous très occupés : beaucoup d’étudiants et de jeunes professionnels très pris par leurs différents devoirs d’état. Mais nous comprenons petit à petit que la liturgie est aussi le centre de notre vie chrétienne, son sommet et sa source (Cf. Vatican II). Nous croyons aussi que pour paraphraser Saint Benoît, qu’il ne faut rien préférer à l’amour du Christ, tout en ne préférant rien à l’oeuvre de Dieu (c’est à dire à la liturgie). C’est un beau programme, qui est parfois exigeant – pourquoi mentir ! – mais qui, en nous mettant en contact avec la source de la prière et de la Foi de l’Église, nous le rend au centuple.

Oui, mais vous n’acceptez pas les femmes…
Si ! Notre choeur est mixte, et nous alternons les voix. Certains d’entre nous pratiquent même le chant grégorien…En couple ! Il y a même des fiancés qui profitent ensuite des services de la schola pour
le jour de leur mariage !

Le latin et le grégorien n’ont-ils pas été abolis dans la liturgie à l’occasion
du Concile Vatican II ?

Contrairement à une opinion couramment admise, le II° Concile OEcuménique du Vatican n’a absolument pas banni le latin de la liturgie. Il s’est contenté d’autoriser l’emploi des langues courantes… Dans la constitution Sacrosanctum Concilium, sur la liturgie, au n°36, le Concile mentionne que « l’usage de la langue latine, sauf droit particulier, sera conservé dans les rites latins » et au n° 116, que : « L’Église reconnaît dans le chant grégorien, le chant propre de la liturgie romaine. C’est donc lui qui dans les actions liturgiques, toutes choses égales par ailleurs, doit occuper la première place (…) ».

Super ! Quand – est ce qu’on commence ?
Nous avons une répétition une fois par semaine, le mardi soir à
20.45, à la chapelle Saint Joseph (dite "des capucins") d’une durée d’environ 1h30 , pour des engagements interventions dans des paroisses et autres lieux de culte) environ une
fois par mois. Consultez notre web : http://www.scholasaintmaur.net

Laisser un commentaire