Bienheureuse Trinité

Dans la confusion actuelle, on parle volontiers de « trois monothéismes » (israélite, musulman et chrétien) comme équivalents, sous-entendant par là qu’il s’agit entre eux de quelques nuances sans importance, comme par exemple le fait que les chrétiens parlent d’une Trinité, là où les autres préfèrent garder une rigoureuse unicité. Nuance, n’est-ce pas ? Et d’ailleurs qui y est allé voir ?

 

Entendons-nous bien. Il est important que les hommes aient reconnu que Dieu est unique. C’est un progrès considérable sur une religiosité englobante et sans contour, où tout est dieu, où le divin se manifeste derrière chaque phénomène de la nature un peu mystérieux. Je me souviens de ce jour où, faisant de l’apostolat dans la rue, je me trouvais aux prises avec un occidental féru d’ésotérisme, qui était en train de m’expliquer qu’il était dieu, que d’ailleurs Dieu était partout, quand survint un musulman qui sut lui dire en quelques mots que non : Dieu est Dieu, il est incomparable et au-dessus de tout. Je n’aurais su dire mieux.

 

Mais ceci n’est que la moitié du chemin. Reconnaître que Dieu dépasse les réalités du monde, qu’il n’en est pas l’image agrandie ou inversée, qu’il en est librement l’auteur, c’est déjà merveilleux et n’a été possible, disons-le franchement, que parce que Dieu lui-même a pris la parole et s’est révélé à Moïse, d’où tout le reste est parti. Mais ce n’est encore que le début, car il est tant de manière d’habiller ce Dieu unique, d’en faire la caution de nos imaginations et de nos violences. Pour pouvoir l’aimer, il a fallu qu’il nous montre son visage et cela, il l’a fait en son Fils, nouveau Moïse venu nous révéler les secrets de Dieu.

 

Ce n’est pas nous, ce n’est pas l’Eglise, qui avons inventé la Trinité, au terme de je ne sais quel raisonnement compliqué, c’est Dieu qui s’est donné ainsi à nous. Non pas comme une explication, ou une théorie, mais comme un fait. Dieu nous a donné son Fils et il nous a donné son Esprit, Ce Fils et cet Esprit ne sont pas des créatures, ils viennent du plus profond de lui, ils ont avec lui une relation éternelle d’amour, qui les unit si forts qu’ils ne sont pas trois membres d’une famille même très unie, mais qu’ils sont UN, comme le dit Jésus lui-même (Jean 10,30).

 

Pour nous l’unité, c’est celle, toujours mal assurée, d’un ensemble (un groupe, un peuple, un couple), ou celle, plus pauvre, d’un individu solitaire, Dieu se révèle à nous dans une unité transcendante qui n’est ni l’une ni l’autre, unité riche et féconde des Trois qui sont Dieu, qui n’existe que dans l’embrasement de leur amour mutuel, Dieu Amour éternellement.

 

Ce Dieu-là, que nous n’aurions certainement pas trouvé tout seuls, il fait tomber les masques et reculer les idoles. Il renverse toutes nos prétentions à parler de lui à partir de nos échelles de valeur, nous ne pouvons décidément pas en faire « la majuscule de nos grands sentiments humains » : sa Bonté n’a rien de nos gentillesses condescendantes, sa Volonté échappe à nos calculs intéressés, sa Sagesse désarme nos prévisions. Parce qu’il est Lui et qu’il est Amour, il ne joue pas un rôle, il n’a rien à nous prouver ou à obtenir de nous. S’il nous a créés, ce n’est pas qu’il ait besoin de nos adorations ou de notre soumission, c’est parce qu’il a voulu, dans l’inexplicable choix de sa liberté, nous partager quelque chose de ce qui fait sa vie : la relation infiniment heureuse  qu’il a à son Fils et à l’Esprit Saint.

 

La Trinité est un secret, que Dieu nous a laissé voir. Ne nous en lassons pas. Ne le laissons pas perdre. Ne le laissons pas ramener à une croyance comme une autre. C’est notre vie.

 

Michel GITTON

Laisser un commentaire