Benoît XVI et la Tradition

Texte de la catéchèse du mercredi 26 avril 2006, lors de l'audience générale sur la Place S. Pierre.

 Chers frères et soeurs,
Merci pour votre affection ! Dans la nouvelle série de catéchèse, entamée il y a peu de temps, cherchons à comprendre les origines de l'Église voulue par le Seigneur, pour mieux comprendre ainsi notre place et notre vie chrétienne, dans la grande communion de l'Église.
Jusqu'à présent nous avons exprimé que la communion ecclésiale est suscitée et soutenue par le Saint Esprit, gardée et promue par le ministère apostolique. Et cette communion, que nous appelons Église, ne s'étend pas seulement à tous les croyants d'un certain instant historique, mais il embrasse aussi toutes les générations. Donc nous avons une double universalité souligne Benoît XVI : l'universalité synchronique – nous sommes unis avec les croyants dans toutes les parties du monde – et en même temps une universalité diachronique, c'est-à-dire: tous les temps nous appartiennent, même les croyants du passé et les croyants du futur forment avec nous une unique grande communion.

 

 

Selon le témoignage du nouveau testament, le Saint Esprit apparaît comme le garant de la présence active du mystère dans l'histoire, qui en assure la réalisation tout au long des siècles. Grâce au Saint Esprit, l'expérience du Christ Ressuscité, faite par la communauté apostolique aux origines de l'Église, pourra toujours être vécue par les générations à venir, puisque transmise et autorisée par la foi, dans le culte et dans la communion du Peuple de Dieu, pèlerin dans le temps.

 

 Et ainsi maintenant, en ce temps pascal, nous vivons la rencontre avec le Christ Ressuscité, pas seulement comme une chose qui appartient au passé, rappelle Benoît XVI, mais dans la communion de la foi, de la liturgie, de la vie de l'Église. Ce sont les réalités du présent dans la vie de l'Eglise. Cette transmission des biens du salut, fait de la communauté chrétienne l'actualisation permanente de la communion originelle dans cette transmission et actualisation des biens du salut, en cela consiste la Tradition apostolique de l'Église. Elle est née du témoignage des Apôtres et de la communauté des disciples au temps des origines, elle a été délivrée sous l'impulsion de l'Esprit Saint dans les écrits du Nouveau Testament et dans la vie sacramentelle, dans la vie de la foi, et à cette Tradition, qui est toute la réalité toujours actuelle du don de Jésus. L'Église continue à se référer depuis sa création grâce à la succession ininterrompue du ministère apostolique.

Jésus, lorsqu'il était encore dans sa vie historique, limitait sa mission à la maison d'Israël, mais il faisait déjà comprendre que le don était destiné non seulement au peuple d'Israël, mais à tout le monde et à tous les temps – poursuit Benoît XVI – Le Christ Ressuscité confie, ensuite, explicitement aux Apôtres (cfr Lc 6,13) le devoir de se rendre dans toutes les nations, en garantissant sa présence et son aide jusqu'à la fin des temps (cfr Mt 28,19s). L'universalisme du salut demande, d'autre part, que le mémorial de la Pâques soit célébré sans interruption dans l'histoire jusqu' au retour glorieux du Christ (cfr 1 Cor 11,26). L'Esprit Saint actualisera la présence salvifique du Seigneur Jésus grâce au ministère des apôtres – chefs de l'Israël eschatologique (cfr Mt 19,28) – et grâce à l'entière vie de peuple de la nouvelle alliance.

Grâce à l'action du Saint Esprit, exprime le pape Benoît XVI, les Apôtres et leurs successeurs peuvent réaliser dans le temps la mission reçue par le Christ Ressuscité : De cela vous êtes témoins. Et voici que moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Vous donc, demeurez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la force d'en haut." (Lc 24,48s.). "Mais vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre." (Ac1,8). Et cette promesse, au début incroyable, s'est réalisée déjà du temps des Apôtres : "Nous sommes témoins de ces choses, nous et l'Esprit Saint que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent."(Ac 5,32).

 

La Tradition est donc la communion des fidèles autour des pasteurs légitimes tout au long de l'histoire, une communion que le Saint Esprit alimente en assurant la liaison entre l'expérience de la foi apostolique, vécue dans la communauté d'origine des disciples, et l'expérience actuelle du Christ dans son Église. En d'autres mots, la Tradition est la continuité organique de l'Église, le Temple saint de Dieu le Père, érigé sur le fondement des Apôtres et uni par la pierre angulaire, le Christ, grâce à l'action vivifiante de l'Esprit : "Dans ce sens , saint Paul nous dit dans la lettre aux Ephésiens : "Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers ni des hôtes ; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la maison de Dieu. Car la construction que vous êtes a pour fondations les apôtres et prophètes, et pour pierre d'angle le Christ Jésus lui-même. En lui toute construction s'ajuste et grandit en un temple saint, dans le Seigneur ; en lui, vous aussi, vous êtes intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu, dans l'Esprit."(Eph 2.19-22). Grâce à la Tradition, garantie par le ministère des Apôtres et par leurs successeurs, l'eau qui jaillit du côté du Christ et son sang salutaire atteignent les femmes et les hommes de tous les temps. Ainsi, la Tradition est la présence permanente du Sauveur qui vient à notre rencontre, pour nous racheter et nous sanctifier dans l'Esprit au moyen du ministère de son Église, à la Gloire du Père.
En concluant et en reprenant, nous pouvons donc affirmer que la Tradition n'est pas transmission de choses ou de paroles, une collection de choses qui n'existent plus, la Tradition est un fleuve vivant qui nous relie aux origines, le fleuve vivant dans lequel les origines sont toujours présentes. Le grand fleuve qui nous conduit vers les portes de l'éternité. Et en étant ainsi, dans ce fleuve vivant, se vérifie toujours la parole du Seigneur : "Voilà, je suis avec vous tous les jours de la vie, jusqu'à la fin du monde" (Mt 28,20).

 

Laisser un commentaire