Béatification de Paul VI

iMedia/Paul VI/Béatification : Paul VI (1963-1978) pourrait être proclamé bienheureux mi-octobre 2014 à l’issue du Synode des évêques, selon une information publiée par le magazine italien Credere sur son site Internet, le 24 avril. Le site annonce ainsi que les cardinaux et évêques membres de la Congrégation des causes des saints se réuniront le 5 mai pour confirmer le miracle attribué à l’intercession de Paul VI, dernière étape avant sa béatification.
Il s’agirait de la guérison d’un enfant à qui l’on avait diagnostiqué de graves malformations avant la naissance. Alors que les médecins conseillaient à sa mère d’avorter, celle-ci s’en remit à la prière du pape auteur de l’Encyclique Humanae Vitae , et l’enfant naquit en pleine santé. Giovanni Battista Montini avait été déclaré ‘vénérable’ le 20 décembre 2012, après que Benoît XVI (2005-2013) ait autorisé la promulgation du décret reconnaissant ses ‘vertus héroïques’.

Le vénérable Paul VI pourrait être béatifié à l’issue du synode sur la famille, le 19 octobre prochain. Une excellente nouvelle : le pasteur prophétique de Humanae Vitae, le martyr lent de la sécularisation des années 1970, le clairvoyant sur les « fumées de Satan », l’homme qui contre toute attente a légiféré magistériellement contre la majorité des Cardinaux et des commissions d’experts sur la régulation des naissances… Le pape qui a introduit le ministère de Jean-Paul II sur la vie et le mariage, le pape crucifié par les remous ayant suivi les années 1968, la victime expiatoire du communisme, du relativisme et de l’hédonisme… Bref une immense satisfaction de voir ce résistant, ce persécuté, reconnu dans son œuvre essentielle en cette période troublée du XXème siècle, et proposé comme intercesseur à toute l’Église.


Nous avons eu des très grands papes au XXème siècle : Pie X, Pie XI, Pie XII, Jean XXIII, Paul VI Jean-Paul II. Dans cette série exceptionnelle plusieurs ont été béatifiés ou canonisés. Paul VI n’est que l’un d’entre eux, mais il est vrai que sa stature le rend particulièrement attachant et intéressant. Comme lui, Pie XII, pourra prochainement être béatifié, espérons-le.

Paul VI, comme Jean XXIII c’est aussi le pape de la piété liturgique : rappelons ses diverses interventions dans ce sens notamment à l’occasion du Concile Vatican II et lors de la mise en œuvre de la réforme liturgique :

Source Pro Liturgia : www.proliturgia.org

« Nous désirons que personne ne porte atteinte aux normes de la prière officielle de l’Église en introduisant des réformes privées ou des rites particuliers. » (Allocution à la 2e session du Concile, 4 déc. 1963)

« Absolument personne, fût-il prêtre, ne peut de sa propre initiative, ajouter ou retrancher ou modifier quoi que ce soit en matière de liturgie. » (Motu proprio « Sacram Liturgiam« , 25 jan. 1964)

« [Le chant grégorien] rehausse la splendeur des rites, favorise l’unanimité de l’assemblée des fidèles et la dispose à une plus parfaite louange divine. » (Allocution à L’Institut Grégorien de Paris et aux Scholae, 6 avr. 1964)

« Cette prière liturgique, Nous savons que vous, les Bénédictins du monde entier, vous la tenez toujours – et la tiendrez toujours, Nous l’espérons – en très grand honneur, comme cela convient pour vous, dans ses formes les plus pures, dans son chant sacré et authentique, et – pour votre Office divin – dans sa langue traditionnelle, le noble latin, et spécialement dans son esprit lyrique et mystique. » (Allocution prononcée au Mont Cassin, 24 oct. 1964)

« L’application exacte de la Constitution Liturgique requiert (…) que toutes choses, nouvelles et anciennes, soient justement et harmonieusement fondues ensemble. Et cela implique une mise en garde : que le souci de la nouveauté ne dépasse pas la mesure, que la valeur du patrimoine de la tradition liturgique ne soit pas négligée, et surtout qu’elle ne soit pas oubliée. S’il en était autrement, il ne faudrait plus parler de rénovation, mais plutôt de destruction de la Sainte Liturgie. (…) En matière de Liturgie, il ne doit donc pas exister la moindre opposition entre le présent et le passé ; tout doit au contraire se passer de telle manière qu’une innovation, quelle qu’elle soit, se recommande par la cohérence et l’accord avec la sainte tradition et que les formes nouvelles fleurissent, comme d’elles-mêmes, à partir de formes déjà existantes. » (Allocution au Conseil pour l’application de la Constitution sur la Sainte Liturgie, 29 oct. 1964)

« A propos du premier aspect, le plus évident, de la réforme liturgique, constitué par la partie rituelle, il convient de soigner tout spécialement le côté extérieur qui donne tout son sens à l’actio liturgica, sans toutefois exagérer ni agir avec désinvolture, car celui qui improvise s’avance sur des sentiers instables et dangereux. » (Allocution à un congrès, 29 janv. 1965)

« En plus de cette grande conception du nouveau fait liturgique, il convient d’avoir l’art de soigner les détails, dans toutes leurs exigences d’horaires, d’ordre, d’objets, de gestes, de mouvements, de silences et de voix, et surtout, chose peut-être la plus difficile, de chants. » (allocution aux curés de Rome, 1er mars 1965)

Rendons grâces pour ce cadeau supplémentaire que nous fait la providence du Rédempteur en cette année 2014, et prions le ainsi que le saint pape Jean-Paul II en prévision des débats difficiles qui s’annoncent à l’occasion du synode sur la famille.


Vénérable Paul VI, priez pour nous.

Laisser un commentaire